• Catégorie: Paul Hess

Samedi 2 mars 1918

Paul Hess 2 mars 1918 – Le bombardement de la nuit du 28 février au 1er mars, a at­teint une très grande violence. L’Éclaireur de l’Est d’aujourd’hui le mentionne ainsi : Plus de 5 000 obus, dont un grand nombre à gaz, dans la journée du 28 février et la nuit suivante : 55, entre …Voir +

Vendredi 1er mars 1918

Paul Hess 1er mars 1918 – La nuit dernière a été épouvantable, les Allemands ayant diri­gé une attaque du nord-ouest au sud-est de Reims. A partir de 22 h, se déclenchait un bombardement violent, ininterrompu, qui durait jusqu’à ce matin 4 h. Le tir des pièces boches, que j’entendais de mon lit, rue du Cloître, …Voir +

Jeudi 28 février 1918

Paul Hess 28 février 1918 – Même défilé de solliciteurs, qui doivent attendre de longues heures leur tour avant de pouvoir passer et être admis, quelques instants, à faire valoir l’objet de leur demande devant le capitaine La Montagne. Séance tenante, celle-ci est admise ou rejetée, sans appel ; nous entendons dire, le plus souvent …Voir +

Mercredi 27 février 1918

Paul Hess février 1918 -Suite du défilé, à la mairie, d’habitants de Reims à qui ont été remis des ordres de départ et qui viennent demander un sursis de quelques jours à leur évacuation. Les capitaines Linzeler et La Montagne, auxquels est venu se joindre aujourd’hui M. Pizot, secrétaire général de la préfecture, se tiennent …Voir +

Mardi 26 février 1918

Hospice Louis Roederer

Paul Hess 26 février 1918 – Suite du défilé, à la mairie, de pauvres gens qui viennent sol­liciter quelque délai à leur départ. Vers 13 h, tandis que nous nous trouvions, Cullier et moi à l’hospice Roederer-Boisseau, où nous étions allés faire visite à M. Raïssac, nous avons pu y remarquer quelques récalcitrants, gardés par …Voir +

Lundi 25 février 1918

Paul Hess 25 février 1918 – La mairie est envahie dès la matinée de ce jour, par nombre d’habitants ayant reçu leurs ordres de départ, qui viennent tous solliciter un sursis. Les capitaines Linzeler et La Montagne se tiennent en perma­nence, dans le cellier de la rue de Mars 6, où sont nos bureaux, pour …Voir +

Dimanche 24 février 1918

Paul Hess Dimanche 24 février 1918 – Afin de me tenir prêt à toute éventualité, je profite de mon temps libre de ce dimanche, pour me rendre dans la maison de mon beau-père, 57, rue du Jard, en vue d’y faire ce que comman­dent les circonstances. Je cherche d’abord les plus importants pa­piers de famille …Voir +

Samedi 23 février 1918

Paul Hess 23 février 1918 – Le vent est bien à l’évacuation — mais à une évacuation qui prend tout de suite un caractère différent de celle ordonnée en avril 1917. A cette époque, des affiches avaient conseillé le départ des vieillards, des enfants, de ceux qu’aucune fonction ne retenait à Reims, mais les épouvantables …Voir +

Vendredi 22 février 1918

Paul Hess 22 février 1918 – L’Éclaireur de l’Est, ce matin, donne connaissance de l’avis suivant, de la mairie : Évacuation partielle de la ville de Reims. L’évacuation d’une partie de la population de Reims est décidée. Elle sera exécutée à bref délai et ceux d’entre nous qui devront quitter la ville, seront prévenus individuellement …Voir +

Jeudi 21 février 1918

Paul Hess 21 février 1918 – Nouvelle conférence entre l’administration municipale et les deux officiers déjà venus hier, qui sont : le capitaine d’artillerie Linzeler, détaché de l’état-major de l’armée, pour l’évacuation et le capitaine La Montagne, de l’infanterie ; ce dernier fait partie de la place de Reims. Au cours de cette conférence, l’évacuation …Voir +

Mercredi 20 février 1918

Paul Hess 20 février 1918 – On lit, dans L’Éclaireur de l’Est, de ce jour : Pas d’indiscrétions. Avis aux populations civiles. Il a été constaté que des indiscrétions d’ordre militaire sont journellement commises par les habitants de la zone de l’armée qui, soit dans leur correspondance, soit dans leur conversation, donnent des renseignements sur …Voir +

Dimanche 17 février 1918

Paul Hess Dimanche 17 février 1918 – La démarche, auprès du maire, dans la matinée de ce jour, d’un officier général aperçu pour la première fois, a été remarquée par une partie du personnel. Journée mouvementée. Bombardement sérieux sur le fau­bourg de Laon, en fin d’après-midi. 500 obus à peu près. Le soir, des aéros …Voir +

Vendredi 15 février 1918

Paul Hess 15-16 février 1918 –  Bombardements. Dans L’Éclaireur de l’Est d’aujourd’hui 16, nous lisons que Bolo, agent de l’Allemagne, a été condamné à mort, à l’unanimité, par le conseil de guerre qui l’a jugé. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos En savoir plus sur l’agent Allemand Bolo Cardinal Luçon …Voir +

Jeudi 14 février 1918

Paul Hess 14 février 1918 – Réveil, à 5 h 3/4, par des sifflements continuels. Bombarde­ment violent, qui commence sur le quartier Fléchambault pour continuer sur le centre. Obus rue Colbert (à « la Glaneuse »), aux halles, rue du Ca­dran-Saint-Pierre, rue de l’Arbalète (aux Galeries Rémoises), boule­vard Lundy, etc. Paul Hess dans Reims pendant la guerre …Voir +