Paul Hess

19 février 1918 – Vers 17 h, la Place téléphone à la mairie de faire avertir la population qu’il y a danger de sortir.

Qu’est-ce que cela signifie et que pourrait-il donc survenir de plus dangereux que d’habitude ?

Nous attendons… puis, je m’en retourne tout de même cou­cher rue du Cloître. Nos grosses pièces se mettent à tonner toute la soirée — les 155 alternant avec les 120 — et c’est tout.

— Dimanche matin, nous avions vu venir à la mairie, un gé­néral dont nous ignorions le rang dans le commandement. Aujour­d’hui, nous savons que c’était le chef de cabinet du ministre de la Guerre et nous apprenons qu’un nouveau recensement de la po­pulation va avoir lieu ; des bruits d’évacuation commencent même à circuler.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos


Cardinal Luçon

Mardi 19 – Nuit tranquille à Reims. – 4°. Beau temps ; de 1 h. à… h., tir actif contre nos batteries. Quelques coups de canons français. Dit la messe ab initio sine candela (c.à.d. à la seule lumière du jour). Vers 7 h. activité de l’artillerie des deux côtés jusqu’à 11 h. ou minuit.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 19 février

Actions d’artillerie violente dans la région du bois Mortier et de Vauxaillon.
En Champagne, après une vive préparation d’artillerie, les Allemands ont lancé une attaque sur les positions que nous avons conquises la semaine précédente au sud-ouest de la butte du Mesnil.
Après un vif combat, nous avons rejeté l’ennemi de quelques éléments de tranchée où il avait pris pied d’abord. Des prisonniers sont restés entre nos mains. L’ennemi a tenté une seconde attaque sur le même point. Nos feux ont arrêté les assaillants qui n’ont pu aborder nos lignes. Deux avions allemands ont été abattus par le tir de nos canons spéciaux.
Notre aviation de bombardement a effectué diverses expéditions. Les gares de Thiaucourt, Thionville, Metz-Sablons, Pagny-sur-Moselle, les établissements ennemis d’Hirson et divers terrains d’aviation ont reçu de nombreux projectiles. 13000 kilos d’explosifs ont été lancés et ont provoqué plusieurs incendies et des explosions.
Les Anglais ont repoussé un raid vers Gavrel. Sur le même front les Portugais ont fait quelques prisonniers à Neuve-Chapelle.
Rencontre de patrouilles dans le secteur de Messine.
Activité de l’artillerie ennemie au sud de la route Arras-Cambrai, au nord de Lens et vers Zonnebeke.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button