Louis Guédet

Mardi 6 février 1917

878ème et 876ème jours de bataille et de bombardement

6h1/4 soir  Toujours froid terrible, pour la première fois mes brocs ont gelé contre mon poêle. Temps brumeux le matin, beau soleil chaud l’après-midi, à croire une détente, mais vers 5h1/2 le froid reprend de plus belle. Mon vieil expéditionnaire n’est pas venu ce matin, il a craint le froid sans doute, car hier il ne pouvait travailler à cause du froid. Travaillé un peu, fait des courses. Après-midi sorti pour des courses aussi. A 4h1/2 des obus un peu partout à long intervalles, 5/7 minutes, rien dans mon quartier. Je suis rentré à 5h1/4 quand çà a cessé. A l’instant une volée des nôtres, 8/10 coups sans arrêter, et le silence. Reçu lettre de ma pauvre petite femme toujours bien courageuse, mais ce qu’elle doit souffrir du froid !! et Marie-Louise et Maurice !! J’en ai les larmes aux yeux. (Rayé) pour (rayé)!!

Rencontré un employé d’octroi que je connais depuis 25 ans qui est ami du Capitaine Théobald. Il m’a raconté comment mes attendus étaient passés, c’était bien comme on me l’avait déjà dit une farce faite par lui à la Bande Colas, Girardot et Lallier. Il m’a affirmé que (rayé) était franc-maçon, alors cela explique bien des choses…  et cela me confirme que cet imbécile-là a été de connivence avec les 2 autres aliborons !! Je suis donc bien fixé maintenant. Voilà ma journée. Demain Caisse d’Épargne où je suis de service de 9h1/2 à 11h1/2.

Nous sommes toujours sans eau, il faut aller en chercher chez les voisins. C’est bien gênant. J’ai à peine 5° au-dessus dans ma chambre et mon poêle brûle. Il est vrai que je ménage mon bois. Quelle vie de misère, toujours sur les mêmes !!

8h soir  Il fait très froid, il gèle déjà dans ma chambre. Avant de me coucher pour avoir chaud, il faut pourtant que je note qu’on m’a appris au Greffe Civil qu’Auguste Goulden était aujourd’hui à Reims !!! après son affaire ! c’est revenir bien vite ! et bien facilement. J’apprends cela aussi dans la Ville !! Bref cette réapparition prématurée fait plutôt mauvais effet, et a une mauvaise presse !! De différents côtés j’ai entendu me dire : « Oui on laisse rentrer Goulden et on refuse à des femmes et à des enfants l’autorisation de rentrer à Reims pour se soigner et même assister aux obsèques de leur père ou de leur mère ou de leur mari !!

Ce qui est exact.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 6 – – 9°. Nuit tranquille en ville ; canons au loin ; mitraillade autour de Reims entre batteries. A 1 h. lourde canonnade française, les vitres tremblent. De 4 h. à 5 h. duel d’artillerie, bombes sifflantes. Deux femmes tuées à Saint-Remi et un enfant blessé.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 6 février

Un coup de main sur les tranchées allemandes du Reichackerkopf (ouest de Munster) nous a permis de faire 16 prisonniers et de capturer une mitrailleuse.

Dans la nuit du 2 au 3 février et dans la nuit du 4 au 5, nos escadrilles ont bombardé le champ d’aviation de Colmar (Alsace), les usines militaires de Rombach, les gares de Chauny, Ham et Appilly. Un incendie a été constaté dans les bâtiments de cette dernière gare.

Sur le front belge, les Belges ont fait sauter un petit poste ennemi au nord de la Maison-du-Passeur. Activité d’artillerie soutenue.

Sur le front italien, activité moyenne d’artillerie dans le Trentin. Sur le haut Degano, un détachement ennemi a tenté de faire irruption sur les positions de nos alliés : il a été promptement repoussé.

Les Allemands ont éprouvé de nouveaux échecs sur le front russe, près de Kolncem et au nord-ouest de Friedrichstadt. Un avion allemand a atterri près de Postawy.

Avance anglaise dans les alentours de Kut-el-Amara. La cavalerie britannique a atteint sur la rive droite du Tigre un point situé à 25 milles à l’ouest de cette localité. A l’ouest de la jonction du Hai et du Tigre, nos alliés ont pris trois lignes successives de tranchées sur une étendue de 650 mètres et une profondeur de 400. Les pertes des Turcs ont été très lourdes.

La presse allemande réclame la guerre contre l’Amérique.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Kut-el-Amara

Kut-el-Amara

Share Button