• Archives: Hôtel de Ville

Samedi 5 mai 1917

Paul Hess Bombardement toujours intense, aujourd’hui vers Clairmarais. – Après un déblaiement sommaire de l’escalier de descente, le personnel de la « comptabilité » reprend possession ce jour, pour le repas de midi de sa popote, maintenant sous les ruines, encore toutes chaudes, de l’hôtel de ville. Les portes d’accès au sous-sol ont été brûlées, mais tous …Voir +

Il y a 100 ans : l’incendie de l’Hôtel de Ville – Retour en images sur ce 3 mai 1917

La première pierre de l’hôtel de ville est posée le 18 juin 1627. Au moment de son inauguration en 1636, l’édifice est inachevé faute d’argent. Ce n’est qu’au XIXe siècle que la construction peut être menée à son terme. L’hôtel de ville, définitivement terminé, est inauguré par le maire Victor Diancourt le 12 août 1880. Depuis …Voir +

Vendredi 6 avril 1917

Paul Hess Vendredi Saint 6 avril 1917 – Extrait des journaux de ce jour : Sous sa rubrique « Le bombardement — 926e jour du siège« , Le Courrier de la Champagne avait imprimé un article dont la cen­sure a seulement laissé subsister ce qui suit : (“Mercredi, le nombre des obus a encore dépassé 2 000″ …Voir +

Dimanche 2 avril 1916

Paul Hess Dimanche 2 avril 1916 – Par une matinée idéale de printemps, les obus commencent brusquement à siffler à 10 heures. A ce moment, je suis occupé à mettre mes notes à jour, au bureau — travail distrayant que j’ef­fectue autant que possible dans ces conditions. Je m’étais proposé, en quittant ce matin le …Voir +

Jeudi 27 janvier 1916

Paul Hess 27 janvier 1916 – Anniversaire du Kaiser. Dans la matinée, quelques obus sif­flent. — Les collègues de la « comptabilité, qui sont maintenant ré­unis en popote, m’ayant invité à déjeuner, nous sommes à table dans le bureau, lorsque vers 13 h 1/4 un arrosage sérieux com­mence. Nous entendons explosions sur explosions d’arrivées, par toute …Voir +

Vendredi 29 janvier 1915

rue Thiers

Dans la soirée d’hier et au cours de la nuit, des détonations terribles de nos pièces d’artillerie de gros calibre, qui faisaient vibrer toutes les vitres et même trembler la maison où je suis réfugié, 8 rue Bonhomme, se sont fait entendre. – Vers 15 heures, alors que nous sommes en plein travail, au bureau …Voir +