Louis Guédet

Jeudi 12 août 1915

334ème et 332ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Toujours le calme, en même temps lourd et orageux. Fait quelques courses le matin avenue de Paris, Enregistrement, Recette des Finances où j’ai rencontré le Receveur Fréville, mon compagnon d’otage du Prince Henri, qui vient tous les jeudis ici et refile à 2h à Épernay. Cette après-midi rattrapé du courrier en retard et mis celui de la journée à jour. Reçu un mot charmant de Dagonnet, commandant au 32ème Dragons, secteur postal 4, mon vieil ami qui m’annonce qu’il a la Croix de Guerre et que c’est de lui-même qu’il a écrit au Pr. (en blanc) d (en blanc) Ch. qu’il connait beaucoup pour me signaler et me recommander.

Celui-ci lui a répondu lui-même qu’il avait été déjà fait quelque chose pour moi dans ce sens, mais que de plus il inscrivait mon nom sur sa liste personnelle : je suis donc ainsi désigné des 2 côtés – c’est bon à savoir – mon Dieu je ne suis pas orgueilleux, mais je serais bien aise d’être décoré le plus tôt possible quoique civil sous le feu pour clore bien des…  becs et arrêter bien des mauvaises langues. Sera-ce possible ? mon Dieu accordez-le moi pour ma pauvre femme que cela encouragera et rendra bien heureuse, pour nos chers enfants et surtout pour mon vieux Père qui lui ne se contiendrait pas de joie, et je voudrais tant lui donner cette satisfaction le plus tôt possible à cause de son âge : 80 ans !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Nuit bruyante de 9 h. à 11 h. Canonnade avec pièces de gros calibre et bombes allemandes, mais assez loin de nous. De 3 à 5 h. item. Coupe de cheveux. Après-midi. Orage vers 3 h.

Visite à L’Espérance au sujet du Bain-de-pieds de la rue de Saint-Thierry. Canonnade violente au loin, mais très bien entendue de Reims.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

ob_a14905_001-001

Rue Saint-Thierry, les tissages


Jeudi 12 août

Action d’artillerie, en Artois, au nord d’Arras.
Après avoir bombardé nos positions en Argonne et projeté sur elles des gazs asphyxiants, les Allemands lancent à l’assaut des régiments contre nos ouvrages, entre la route de Binarville-Vienne-le-Château, et le ravin de Houyette. Ils réussissent à pénétrer dans nos tranchées puis en sont rejetés par une contre-attaque. Nous faisons des prisonniers wurtembergeois. Plus à l’est, à la Fontaine-aux-Charmes, l’ennemi a été repoussé.
Canonnade au bois Le Prêtre et dans les Vosges.
Les communiqués russes attestent que l’échec des Allemands devant Kovno a été complet. Nos alliés n’en ont pas moins évacué les services civils de cette ville comme de Vilna. Ils contiennent toujours leurs agresseurs, à l’est de Riga et de Dvinsk.
Le grand-duc de Mecklembourg prend le commandement en chef aux Dardanelles.
Les Austro-allemands ont amené, parait-il, 120.000 hommes à la frontière serbe
.

Source : La guerre au jour le jour

Share Button