• Catégorie: Cardinal Luçon

Dimanche 29 novembre 1914

Nuit et journée calmes Vu, ces jours-ci, plusieurs enterrements que ce temps d’état de siège et de bombardement rend encore infiniment plus tristes que d’habitude. Quelques rares assistants suivaient les convois ; pour l’un, trois hommes et deux femmes, pour un autre, deux hommes et quatre femmes. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de …Voir +

Jeudi 26 novembre 1914

Paul Hess Après une nuit calme, le bombardement a repris brusque et serré vers 8 h, ce matin, tandis que nous étions en route, mon fils Jean et moi pour passer à la criée. Les obus ont tombé tout le temps que nous avons mis pour arriver à l’abri rue du Cloître 10, en passant …Voir +

Mercredi 25 novembre 1914

Nuit assez calme. L’Eclaireur de l’Est publie ce jour un avis du général commandant d’armes, indiquant les mesures à prendre chez soi et dans les rues, en raison du nouveau caractère de violence du bombardement. C’est, si l’on veut, une sorte de « manière de s’y prendre », afin de réduire, autant que possible, les risques courus …Voir +

Mardi 24 novembre 1914

La nuit passée a été épouvantable ; le bombardement commencé à 10 h du soir, n’a cessé qu’à 5 h 1/4 ce matin. Les obus arrivaient par rafales de trois, quatre, cinq et six, simultanément. Un gros calibre – probablement 210 – est tombé sur l’hôtel de ville, à l’angle des rues des Consuls et …Voir +

23 novembre 1914

Violent bombardement l’après-midi, de 13 h 1/4 à 14 h 1/2. Je dois retarder mon départ pour le bureau et lorsque je passe rue de Vesle, les obus tombent toujours. Au moment où j’approche de la permanence de la Croix-Rouge, sise au n°18 de cette rue, des pompiers y apportent, sur un brancard, une pauvre …Voir +

Dimanche 22 novembre 1914

Ce matin, vers 8 h 1/4, bombardement extrêmement violent. Les obus arrivent soudain dans le quartier. Ma femme et ma fille Madeleine se trouvent, à cette heure, dans la chapelle de la rue du Couchant : ne pouvant songer à revenir, elles veulent aller se mettre à l’abri des caves de la maison des Œuvres, …Voir +

Samedi 21 novembre 1914

Nuit médiocre. Hier soir, à 10 h 1/2, un obus est revenu éclater rue des Capucins 25 et à 4 h, ce matin, les sifflements recommençaient à se faire entendre. – Des dégâts causés ces jours derniers se constatent autour du musée, rue Chanzy. Au théâtre, un nouveau trou, énorme, a été fait par un …Voir +

Vendredi 20 novembre 1914

Nuit assez calme, Canonnade au loin. Fortes détonations de nos pièces, dans la journée. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Vendredi 20 – Nuit tranquille ; quelques coups de canon. Toute la journée, canonnade et bombes, mais non sur la ville. Après-midi, visite à l’Ambulance des Trois-Fontaines – Bombes à …Voir +

Jeudi 19 novembre 1914

Nuit très calme. – Ce jour, à 7 h, mon beau-père, M. Simon-Gardan, fatigué par plus de deux mois de bombardements ininterrompus, quitte Reims à regret, pour se rendre à Paris. – A partir d’aujourd’hui, les voyageurs doivent aller prendre le CBR à Bezannes. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos …Voir +

Mercredi 18 novembre

Vers 10 h, la nuit dernière, un éclair précédant le sifflement et l’éclatement d’un obus tombé bien près, nous avait inquiétés. A 3 h du matin, la détonation sourde d’un autre départ, au loin, se faisait entendre et quelques secondes après, arrivait, en sifflant fortement, un nouveau projectile qui, s’enfonçant probablement dans la terre d’un …Voir +

17 novembre 1914

Triste nuit, au cours de laquelle il nous a fallu encore nous relever vers 10 h 1/2, les obus tombant assez près, et nous tenir une seconde fois en alerte à 3 h du matin. Bombardement violent. Un obus a troué la voûte d’une chapelle, à la basilique Saint-Remi. Les journaux disent qu’environ deux cents …Voir +

Dimanche 15 novembre 1914

Un aéroplane allemand est signalé, l’après-midi, par un coup de clairon donné à l’usine des Longaux. De différents côtés, on lui fait la chasse à coups de 75. Les enfants qui jouaient dans le jardin ont entendu le signal ; eux aussi se hâtent de rentrer à l’abri. Paul Hess dans Reims pendant la guerre …Voir +