Louis Guédet

Vendredi 11 août 1916

699ème et 697ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Beau temps lourd et déprimant. Le silence. Ce matin audience civile qui m’a tenu jusqu’à 12h1/2. Fait des courses après-midi, je suis épuisé. Reçu lettre triste et résignée de ma pauvre femme qui a eu un petit mot de Robert qui est arrivé à bon port à St Brieuc. Passé à l’Hôtel de Ville au bureau militaire, service des Réquisitions pour expliquer comment j’entendais qu’on m’expédiât les dossiers. Question d’organisation et d’ordre. J’ai resignifié que je ne voulais pas qu’on m’envoyât des dossiers comme une botte de foin. De l’ordre et de la Méthode. On a compris. Demain après-midi nouvelle audience de réquisitions militaires.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 11 août – Nuit et journée tranquilles. Via Crucis in cathedrali.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 11 août

Au nord de la Somme, nous avons réoccupé complètement, au nord du bois de Hem, une tranchée où l’ennemi avait pris pied. Cette action nous a valu de faire 50 prisonniers.
Au nord du bois de Hem, nous avons continué à progresser, et un vif combat se déroule à notre avantage.
L’ennemi, après une série d’attaques infructueuses, a repris pied dans l’ouvrage de Thiaumont. Nous avons progressé à la grenade dans Fleury et nous restons aux abords immédiats de l’ouvrage de Thiaumont.
Dans la région de Chaulnes, violente lutte d’artillerie, notamment entre Lihons et la voie ferrée de Chaulnes. Les Allemands ont été partout repoussés.
Un de nos pilotes a forcé un avion allemand à atterrir devant nos lignes près de Lérouville. Six autres avions ennemis ont dû descendre précipitamment sur la Somme. Un de nos appareils a bombardé la poudrerie de Rothercel sur le Neckar. D’autres ont opéré sur les gares d’Audun-le-Roman, de Longuyon, de Montmédy, sur les voies ferrées de Tergnier et la gare de La Fère.
Les Italiens sont entrés dans Gorizia, l’ennemi en déroute a laissé quant à présent 11.OOO prisonniers entre leurs mains. Les Russes ont progressé au sud du Dniester. Ils ont pris la ville de Tysmenitza et capturé plusieurs milliers d’ennemis.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Share Button