Paul Hess

30 novembre 1917 – Nuit ni plus ni moins mouvementée que les autres.

A 17 h, forte canonnade vers Brimont ; il s’agissait d’un coup de main allemand sur Loivre.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

montage : Thomas Geffrelot


Cardinal Luçon

Vendredi 30 – Retour à Reims ; départ de Paris 8 h., arrivée à Épernay 10 h. 30 ; à Reims à 11 h. 45. Visite d’un soldat d’Évreux. Visite de M. Abelé (celui des fils Abelé qui est marié). Via Crucis in Cathedrali.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 30 novembre

Actions d’artillerie au nord de l’Aisne et dans la région de Sapigneul.
En Champagne, au nord du Cornillet, l’ennemi a tenté, à l’aide de gros effectifs, un coup de main qu’il avait fait précéder d’un bombardement rapide et violent; nous l’avons repoussé en lui infligeant de lourdes pertes.
En Argonne, une incursion dans les lignes allemandes, à l’ouest de l’Aire, nous a permis de ramener une dizaine de prisonniers.
Deux coups de main ennemis, l’un sur la rive gauche de la Meuse, dans la région de Béthincourt, l’autre sur la rive droite, au nord-ouest de Vaux-les-Damloup, ont complètement échoué.
Les Anglais ont repoussé une attaque allemande sur les positions belges de Aschhoop. Ils ont fait quelques prisonniers au sud de la Scarpe. Ils ont avancé leur ligne à l’est du bois de Bourlon et repoussé un coup de main vers Avion.
En Macédoine, la lutte d’artillerie a repris avec une grande activité sur l’ensemble du front et spécialement dans la région de Monastir.
Le tir de nos batteries a provoqué une explosion dans les lignes ennemies.
L’aviation britannique a bombardé Drama et les campements ennemis aux environs de Sérès et de Petric.
Sur le front italien, les Autrichiens essaient vainement de franchir la basse Piave.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button