Louis Guédet

Samedi 7 octobre 1916

756ème et 754ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Beau temps, lourd, un peu nuageux, belle journée d’automne. Vu pas mal de monde, Robiolle (Directeur des lavoirs et bains publics de l’établissement de la rue Ponsardin), Dr Simon qui sont venus me remercier de les avoir acquittés. Mais ce n’était que justice. A l’Hôtel de Ville Houlon et Raïssac  m’ont également approuvé et félicité d’avoir eu le courage de m’élever contre de les abus de la part de toute cette soldatesque commandée, dirigée, poussée, excitée par ces proconsuls que sont le Lieutenant-colonel Colas et le Capitaine Girardot. L’un, un sale monsieur qui ne pense qu’à courir le cotillon et l’autre une sombre brute, vrai type d’adjudant de carrière. Il parait qu’ils sont furieux. C’est bon, ils ont reçu la tape : ils s’apaiseront et comprendront la leçon. Le Général Cadou en a causé à Helluy, dans le fonds ils sentent qu’ils ont eu tort. Ils parlent d’en parler au Procureur de la République, cela me laisse fort tranquille et cela me permettra de causer de l’affaire Clergé et de la fille Lespagnol sa maîtresse, avortement de 2 jumeaux ! Après cela nous serons peut-être débarrassés de ce sale monde là ! Été faire un tour vers le faubourg de Laon, rue de Courcelles et Mont d’Arène. Cela m’a fatigué. Pas de nouvelles des miens.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Samedi 7 – Nuit tranquille. Expédié réponse à la Consistoriale. Envoyé Lettre Collective. Lettre à M. Emmanuel Faure sur le fléau de la dépopulation (Recueil, p. 39).

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 7 octobre

Vive lutte d’artillerie sur les deux rives de la Somme. Pas d’action d’infanterie, sauf une légère avance à l’est de Bouchavesnes.
Sur le front britannique, l’artillerie ennemie s’est montrée très active au sud de l’Ancre. De nombreux partis de travailleurs ont été dispersés par le feu de nos alliés.
Les Bulgares ont battu en retraite devant les forces anglaises, sur la Strouma.
Dans la région de la Cerna, vifs combats sur tout le front Mesduzidli-Kenali-Gradesnica. Les Serbes ont fait 60 prisonniers aux Bulgares qui, en s’enfuyant, ont abandonné toutes leurs lignes téléphoniques.
Les Italiens ont fait 102 prisonniers sur le Haut-Avisio.
Les Roumains ont progressé, de concert avec les Russes, en Dobroudja, où 300 prisonniers ont été faits. Mais ils se sont repliés près de Fogaras devant des forces supérieures.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

gradesnica

 

Share Button