Cardinal Luçon

Mercredi 18 – + 8°. Nuit tranquille. Pluie. Visite de M. le Commandant d’Orgeval

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Mercredi 18 octobre

Au nord de la Somme nous avons conquis un nouvel ilot de maisons du village de Sailly-Saillisel. L’ennemi a prononcé une contre-attaque violente et a réussi à pénétrer dans quelques éléments de notre première ligne. Une contre-attaque immédiate l’a entièrement rejeté. Nous avons fait 90 prisonniers et capturé 2 mitrailleuses. L’ennemi a lancé à l’est de Belloy-en-Santerre, de nouvelles attaques qui, comme les précédentes, ont été complètement repoussées et ont subi de fortes pertes.
Des avions allemands ont lancé quelques bombes sur Amiens sans aucun résultat militaire.
Les Belges ont fait une vingtaine de prisonniers aux alentours de la Maison du Passeur.
Nos avions ont livré soixante-cinq combats; deux appareils ennemis ont été abattus, trois autres ont dû atterrir précipitamment.
En Macédoine, le duel d’artillerie continue. Il est particulièrement violent sur la rive droite du Vardar.
Les troupes serbes ont repoussé des contre-attaques sur la Bela-Voda et la Cerna.
Succès italiens au Pasubio.
Les Roumains ont repoussé les attaques allemandes qui se multiplient maintenant dans les cols de la frontière.
Des manifestations contre l’Entente ayant eu lieu à Athènes à la suite d’une revue passée par le roi Constantin, et les réservistes s’étaient livrés à des excès, l’amiral Dartige du Fournet a débarqué 240 fusiliers marins qui ont pris possession du théâtre. En même temps il exigeait et obtenait du cabinet Lambros des mesures propres à nous assurer le contrôle de la police et des voies ferrées.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

244_001

Share Button