Louis Guédet

Mardi 26 mars 1918                                                      

1292ème et 1290ème jours de bataille et de bombardement

1h1/2 soir  Nuit calme. Le froid se fait sentir, le vent de Nord-Est est fort aigre. Rien de saillant. Pas de courrier de Reims. Les journaux continuent (ceux d’hier : nous sommes toujours en retard d’un jour ici) a annoncer une attaque formidable sur le front anglais. Pourvu qu’il tienne, ce que je crois ! du reste et que les allemands s’épuisant se déclarent vaincus. Du moins le Pauvre Reims aura peut-être espoir de ressusciter de ses ruines. Jean est parti hier, cela m’a fort attristé et atteint. Lettre de Robert ce matin du 22, nous faisant espérer sa prochaine arrivée. Je le souhaite. Pourvu que sa permission ne soit pas retardée « sine die » à cause des événements !

Je vais aller porter mes lettres à Songy. Peut-être aurais-je la chance d’avoir un journal d’aujourd’hui.

5h soir  Eté à Songy avec André pour porter à la Poste un colis contenant la lampe de poche de Jean. Profité pour donner les chaussures de Maurice à ressemeler. Le cordonnier, un brave homme émigré de Tahure, habite une ruelle qui porte le nom de Pinteville, les anciens seigneurs de Cernon-sur-Coole qui étaient apparentés aux seigneurs de Songy, les de Lannoy, famille de marins. Repassé par les prés, et près de la ligne de chemin de fer près du moulin à eau de Songy. Bock mon vieux chien m’a tenu en arrêt sous un tas de branches un putois ! Que n’avais-je mon fusil, en plein pré sur un espace de 200 mètres ! Quelle culbute il aurait fait.

Beaucoup de trains d’artillerie lourde et de mortiers remontent vers Châlons. Pas de nouvelles du front britannique. André est allé à Vitry-la-Ville voir s’il trouverait un journal.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon – Paris

Mardi 26 – Arrivée des Sœurs, 36 rue d’Ulm, d’Ephrem vers 10 h. A2 h. visite de M. Letourneau. Écris au Général Franchet d’Esperey, pour la villa d’Hautvillers.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Mercredi 26 mars

Les troupes françaises ont commencé à intervenir dans la bataille en cours sur le front britannique.
Elles ont relevé une partie des forces alliées et pris la lutte à leur compte sur ce secteur du front.
Elles ont disputé pied à pied la région boisée de Noyon aux Allemands, ceux-ci amenant sans cesse des forces nouvelles. Nous avons exécuté de vigoureuses contre-attaques en infligeant à l’ennemi de lourdes pertes.
Un combat acharné a eu lieu autour de Nesle, qui a été perdu et repris plusieurs fois.
Lutte d’artillerie en divers points du front. Reims a reçu 1.375 obus.
Sur toute l’étendue du front britannique, de nouvelles attaques se sont développées en grande force.
Au sud de Péronne, l’ennemi était parvenu à franchir la Somme en plusieurs points entre Licourt et Brie. Il a été rejeté sur la rive est.
Par ailleurs, l’infanterie allemande n’a atteint les tranchées de nos alliés qu’en un point d’où elle a été aussitôt rejetée.
Les Anglais ont largement progressé de l’autre côté du Jourdain.
Le roi du Hedjaz a remporté de nouveaux succès sur les Turcs.
Sur le front italien, on ne signale que des opérations secondaires, mais il s’opère une grande concentration de forces autrichiennes.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button