Louis Guédet

Vendredi 14 décembre 1917

1190ème et 1188ème jours de bataille et de bombardement

7h1/4 soir  Bataille toute la nuit, des obus assez près, mal dormi. Journée éreintante avec cet emprunt qui ne me permet pas de rattraper mon retard de courrier. J’ai pu répondre tout de même à une 15aine (quinzaine) de lettres, mais le reste, et je pars dimanche pour ma vente à la Villa d’Aÿ. 3 jours encore perdus. Pluie, brouillard humide toute la journée. J’atteins 140 000 F, avec 4 000 F de rentes.

Déjeuné ici avec René Tricot qui est bien changé à son avantage. Causé de son séjour comme prisonnier en Allemagne. Nos pauvres prisonniers sont terriblement malheureux, on les laisse mourir de faim. René était réduit à la moitié de son poids, 48 kilos, au lieu de 80. Et tout le reste à l’avenant. Betteraves et glands pour toute nourriture.

8h soir  Rien d’autre à dire pour aujourd’hui, je n’ai pas eu l’occasion d’apprendre des nouvelles. Je vis comme un cloîtré avec cet emprunt. J’ai juste 100 souscriptions ! Demain la clôture, quel sera mon résultat final ? Arriverai-je à 150 000 F ? Je ne sais. Enfin, à la Grâce de Dieu ! J’ai fait ce que j’ai pu ! Je ne désire qu’une chose, c’est que j’ai peu de souscripteurs demain mais avec de gros chiffres.

Des obus encore dans les environs. Nous laisseront-ils tranquilles cette nuit. J’ai cependant besoin de repos. Repos bien gagné puisque ma fatigue est occasionnée pour la France.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

14 décembre 1917 – Bombardement la nuit, vers Saint-Remi.

Bombardement au cours de la journée, sur les batteries.

A 19 h, commence un arrosage en ville, qui dure une partie de la nuit et pendant lequel l’un des nombreux obus envoyés est tombé rue de la Grosse-Ecritoire.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos


Cardinal Luçon

Vendredi 14 – Nuit tranquille. + 4°. Brouillard humide. Visite du Com­mandant Martin, gendre du Général Collet-Meygret. Via Crucis in Cathedrali. Journée tranquille. De 8 h. 1/2 à 10 h. 1/2 soir, bombes sif­flent. Quelques-unes tombent à peu de distance de nous.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
Share Button