Louis Guédet

Mardi 27 novembre 1917

1173ème et 1171ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Pluie toute la nuit, brume dans la journée. Triste journée, à 5h du matin coup de main violent qui me réveille et m’empêche de me rendormir. Lettre de ma chère femme, tout le monde va bien.

Mes souscriptions montent tout doucement. Je ferais tout de même un chiffre.

Après-midi 2h Réquisitions militaires jusqu’à 5h1/2 du soir, avec le nouveau sous-intendant à 2 galons, M. Raux, avoué à St Omer (Georges Raux (1869-1948)), qui connait très bien Paul Benoit, avocat en la même ville, il a été camarade de collège avec Maurice Lengaigne, le si fidèle ami avec Maurice Mareschal. Il a fallu, hélas, que je les perde tous deux. Il m’a promit d’écrire à Benoit pour me rappeler à son souvenir. Il parait charmant et avec un esprit absolument conciliateur. Nous avons solutionné par conciliation toutes les affaires, sauf une ou 2. (Rayé) cela doit tenir à la (rayé). J’étais gêné pour lui. Ce sont les (rayé).

Voilà ma journée assez occupée, mais comme les autres, triste et lugubre. Je suis si seul !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Paul Hess

novembre 1917 – Bombardement, le soir, vers les Promenades et au-delà du canal.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Le pont sur le canal


Cardinal Luçon

Mardi 27 – + 4°. Nuit tranquille : canonnade de 3 h. à 5 h. un peu au loin, mais pas très loin. Vers 5 h. 30, les éclairs illuminaient le jardin. Dé­part pour Paris.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 27 novembre

Sur la rive droite de la Meuse, grande activité de l’artillerie au nord de la cote 344, où nos troupes organisent les positions qu’elles ont conquises.
Un coup de main sur nos petits postes de la région de Bezonvaux a échoué sous nos feux.
Sur le front britannique de Cambrai, l’ennemi n’a pas renouvelé ses attaques sur les positions de Bourlon. La situation reste inchangée.
Activité d’artillerie considérable dans le secteur de Passchendaele, au nord est d’Ypres. Fusillades sur le front d’Ypres.
Les Italiens ont fait 200 prisonniers en Vénétie. Des bombes ont été jetées sur Venise par les aviateurs ennemis.
En Macédoine, les patrouilles anglaises ont fait des prisonniers à Kalendra (ouest de Sérès). Nos alliés ont repoussé plusieurs offensives bulgares à l’ouest du lac Doiran.
L’état-major allemand délibère sur l’offre d’armistice qu’il a reçue des Leninistes.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button