Louis Guédet

Lundi 26 novembre 1917

1171ème et 1169ème jours de bataille et de bombardement

4h soir  Temps froid, il serait tombé de la neige aux environs. Temps élevé et froid…  J’attends et j’ai attendu la foule des souscripteurs, qui s’est résumée par un seul pour 2 fois 4 F de rente !! Et c’est tout. Il parait qu’il en a été de même à la Recette des Finances ! Cela ne me surprend pas, il n’y a plus personne ici qui put souscrire. Vu un instant Beauvais qui m’apprit que l’adoption de Reims par la Ville de Chicago était une blague, et il m’a confié qu’il était plutôt question de New-York. Çà je le comprendrais ! et pour Reims la plus flagellée la capitale des États-Unis serait toute indiquée. Enfin attendons. Qui vivra verra. L’adoption de New-York en même temps que la décoration de Reims, ce serait parfait.

Reçu 2 lettres de ma chère femme avec la photographie de Robert avec sa Croix de Guerre. Il est bien. Il ne manque plus que Jean avec ses 2 étoiles. Pauvres chers enfants. Ma chère femme ne me dit rien de saillant. Elle souffre toujours. Pas une joie, pas un instant de tranquillité. Inquiétudes et angoisses, voilà mot lot, hélas !

6h  Une 2e souscription, Melle Payard, mon ancienne voisine du 40 rue des Capucins, pour 50 F de rente. Causé un peu… Le calme, et il fait froid. Il parait qu’il y a de la neige en haut de Montchenot, dans la forêt. Que mes soirées sont longues et tristes.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Lundi 26 – Nuit tranquille. + 3° Visite de 2 prêtres-soldats et d’un vété­rinaire de l’artillerie.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 26 novembre

Sur la rive droite de la Meuse, nous avons exécuté une opération de détail au nord de la côte 344.
Sur un front de 3 kilomètres et demi, entre Samogneux et la région au sud de la ferme d’Anglemont, nos troupes ont enlevé la première et la deuxième lignes allemandes. Le chiffre des prisonniers dénombrés dépasse 800.
Sur le front britannique, la lutte a continué dans le bois de Bourbon et aux alentours. L’ennemi a contre-attaqué à plusieurs reprises. Les Anglais ont d’abord reculé hors du village de Bourlon et sur la crête, dans le bois, puis ils ont rejeté les Allemands de la crête et rétabli leur ligne sur la lisière nord du bois. L’ennemi les a de nouveau forcés à se replier à l’angle nord-est. Ils ont enfin repris le village et la presque totalité du bois.
Les Italiens restent maîtres de leurs positions de Vénétie en dépit de nouvelles attaques austro-allemandes.
En Macédoine, canonnade active dans la région de Doiran et à l’ouest de Monastir. A l’ouest du lac Doiran, un détachement bulgare a été mis en échec et a laissé des prisonniers aux mains des troupes britanniques.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Crédit photo : Francebleu.fr

Share Button