Paul Hess

25 août 1917 – Visite à Reims, d’une mission composée de quinze à dix-huit officiers des pays neutres ; ils passent à la mairie.

— Le soir, à 21 h 1/2, je suis obligé de me lever précipitam­ment et de descendre à la cave, 10, rue du Cloître, par suite de l’arrivée subite et de l’explosion de trois obus dans le voisinage Immédiat, dont un chez Pelonceaux (propriété mitoyenne), un sur la maison à l’angle des rues du Préau et Robert-de-Coucy et le troisième derrière l’abside de la cathédrale. C’est tout ; comme ils ne sont pas suivis d’autres projectiles, je puis remonter me cou­cher, après une attente d’une demi-heure.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Délégation suédoise

Délégation suédoise


Cardinal Luçon

Samedi 25 – + 16°. Nuit tranquille. Visite des Délégués des Pays Neu­tres, 15 à 20 personnes : Brésil, Suède, Norvège, Espagne, Pays-Bas, pré­sentés par un Commandant résidant à Épernay et le Capitaine attaché à la Place de Reims. Bombes de 4 à 6 h. Vers 9 h. soir, trois énormes coups de canons allemands tout près de nous. Canons français faisant petite figure à côté de la riposte allemande. Reste de la nuit tranquille. Bombes rue Hincmar, Tronson du Coudray, Cardinal de Lorraine. Une bombe sur la Cathé­drale, abside.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 25 août

Sur la rive gauche de la Meuse, nos troupes ont attaqué les positions allemandes entre les bois d’Avocourt et le Mort-Homme. Tous nos objectifs ont été atteints et largement dépassés. Nos soldats ont enlevé la cote 304, formidablement organisée par l’ennemi ainsi que le bois Camard, à l’ouest.
En avant de la cote 304, nous avons enlevé une ligne d’ouvrages fortifiés fermés, et atteint sur la rive sud du ruisseau de Forges, entre Hautcourt et Béthincourt. La profondeur moyenne de notre avance dépasse 2 kilomètres. Nous avons fait, au cours de cette action, un certain nombre de prisonniers. A l’est de la route d’Esnes à Béthincourt, une vigoureuse offensive de nos troupes nous permettait d’élargir nos positions au nord du Mort-Homme, sur une profondeur d’un kilomètre environ.
Les Anglais occupent actuellement les tranchées allemandes immédiatement au nord-ouest du Crassier-Vert. Ils ont infligé de lourdes pertes à l’ennemi, qu’ils ont repoussé de concert avec les troupes portugaises, en deux points au nord-ouest de la Bassée.
Le chiffre des prisonniers faits par les Italiens sur l’Isonzo dépasse 20.000. Le butin en matériel est de 60 canons.
Échec d’une attaque austro-allemande sur le front de Moldavie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

 

Share Button