Cardinal Luçon

Mercredi 15 – Assomption de la Sainte Vierge. + 16°. Aucun office. Nuit assez tranquille. Matinée tranquille. A 1 h. 30, plusieurs obus très gros dont quelques-uns tombent très près. Expédié au Vatican lettre réponse aux allégations allemandes ; poste de radiotélégraphie, télégraphie, d’observa­tion. Vers 4 h. 1/2 à 5 h. 1/2, orage, pluie. De 8 h. à 10 h. soir, obus en ville, dans la maison Gosset Hannier, autour de chez M. le Chanoine Le­comte. Le Pape propose la Paix.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 15 août

Au cours de la journée, la lutte d’artillerie a pris par moments une grande violence en Belgique et sur les deux rives de la Meuse. Des coups de main ennemis sur nos petits postes à l’est de Cerny, du bois des Caurières et dans le secteur de Carspach, ont été aisément repoussés. Nous avons fait un certain nombre de prisonniers.
L’aviation belge a exécuté des tirs de destruction heureux contre l’artillerie ennemie. Celle-ci a réagi sur certaines des tranchées de nos alliés et sur leurs voies de communication; elle a lancé des obus à gaz dans la région de Ramscapelle.
La région de Furnes a été bombardée. L’ennemi a attaqué la ligne britannique à l’est de Westhoeck. Prise sous le feu de l’artillerie lourde et de l’infanterie, son attaque a échoué. Nos alliés ont continué à consolider leurs positions sur la rive droite du Steensbeck, en faisant des prisonniers. Deux tentatives allemandes de coups de main ont échoué. L’une d’elles a été brisée par les troupes portugaises.
Les Russo-Roumains livrent une très grande bataille à l’armée de Mackensen. Elles résistent énergiquement et avec succès sur un front de 100 kilomètres. Il s’agit de la possession des hauteurs qui commandent directement la plaine Moldave, et par suite des communications entre cette plaine et la Russie.
La situation est devenue brusquement assez grave en Espagne, où des collisions sanglantes se sont produites.
Un contre-torpilleur anglais a coulé sur une mine.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Bois de Caurières

Share Button