Paul Hess

14 août 1917 – Pendant mon absence, un obus a défoncé, ce jour, la façade de la maison de mon beau-frère, 10, rue du Cloître, au premier étage.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos


Cardinal Luçon

Mardi 14 – + 16°. Nuit tranquille ; pluie. Bombardement vers 6 h. soir. Visite au Général Schmidt qui m’a fait reconduire en automobile. Une jeune fille est tuée dans sa maison par un éclat d’obus.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 14 août

La lutte d’artillerie s’est poursuivie très vive au cours de la journée entre Cerny et Craonne. Les Allemands ont tenté de nouveau de nous rejeter des tranchées que nous avons conquises au sud d’Ailles. Toutes les attaques ont été repoussées et nos troupes ont réussi à progresser sensiblement à l’est de la position.
La ville de Reims a reçu dans la journée 850 obus dont un grand nombre incendiaires. 4 civils ont été tués, 2 blessés.
Actions violentes d’artillerie en Champagne au mont Cornillet, sur les deux rives de la Meuse et en forêt de Parroy. Aucune action d’infanterie.
Sur le front britannique, recrudescence d’activité de l’artillerie ennemie au sud de la route Avion-Cambrai et dans le secteur de Nieuport.
L’aviation allemande s’est montrée particulièrement agressive. Neuf appareils ennemis ont été abattus. Un raid d’avions allemands sur la côte anglaise a fait 30 morts.
Les Russes consolident leur résistance sur leur front.
Le gouvernement espagnol a proclamé l’état de siège, la grève s’étant généralisée à Madrid.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button