Louis Guédet

Mercredi 14 avril 1915 

214ème et 212ème jours de bataille et de bombardement

9h soir  Toute la nuit précédente comme la journée d’avant, bombardement général. Je n’ai pas ou peu dormi, dans mon grenier. La journée a été belle, trop belle puisque l’on ne pouvait pas profiter du soleil et des verts bourgeons que les arbres de nos squares et boulevards nous montrent. A 9h1/2 Présidence des allocations militaires. Jusqu’à midi et pendant que nous siégeons les bombes sifflaient. L’après-midi je me suis occupé de mon voyage à Paris qui aura lieu vers le 20/21. Vu le commandant Colas, charmant pour moi. J’obtiendrai de lui ce que je voudrai. Car depuis la mort de ce malheureux Martinet il n’y a plus d’aller et retour. Je ne fais pas partie de l’exception, et du reste le commandant m’a dit : « Pour vous, M. Guédet, tout ce que vous voudrez de la Place ! » C’est donc carte blanche.

J’ai revisité la maison Martinet du haut en bas ! Rien en dehors du sous-sol effondré, les étages sont relativement intacts, mais encore des débris humains infimes, mais toujours des débris. J’y renonce. J’ai recueilli le plus gros ! A quoi suis-je réduit !! Mon Dieu ! Je le devais !

Des 3 chiens Martinet je n’en n’ai plus que 2, à la suite d’une frasque et d’une imprudence du commandant Colas !! Ce qu’ils m’auront donné de soucis ces roquets là !! Enfin ce sont des chiens. J’aurais été si heureux qu’on agisse de même pour les miens. Mon pauvre Bobock (comme le dit Marie-Louise) si j’ai pris cette charge c’est en pensant à toi qui te chauffe en lézard au soleil sur la pelouse de St Martin en battant de la queue quand mon pauvre vieil octogénaire de Père passe et repasse près de toi, au bon soleil de mon cher Pays natal. La Champagne, la Marne, la Terre qui a toujours été le tombeau des Vandales. Oui les champenois ont toujours eu de la Race et j’en ai.

Vu les Abelé, installés comme dans des catacombes dans leurs caves. Fort curieuses : une longue voute et à droite et à gauche au milieu d’une allée centrale des cellules ou chacun a son home, à gauche…  A droite le bureau de travail, les bureaux, salon, salle à manger, etc…  Chapelle à l’extrémité pour permettre même aux paresseux d’assister à la messe dans leur lit !! C’est bien, c’est curieux, ce sont des catacombes.

Je me suis entendu avec lui (Henri Abelé et Charles Heidsieck) pour l’auto pour aller à Paris par Épernay. Tous sont aux petits soins pour moi. La phrase suivante a été rayée.

Quelle nuit allons-nous avoir ? Je ne sais, mais nous avons rudement taquiné les allemands, gare les représailles nocturnes avec tous leurs accessoires.

J’ai fixé mon départ au 20/21 courant à cause de ma pauvre main droite brûlée afin que je n’aie plus de pansement à faire à Paris. Je suis toujours profondément triste, las !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 14 – Nuit Marquée par une violente canonnade française. De 10 ½ à 11h ½, violent bombardement.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Hortense Juliette Breyer

Mercredi 14 Avril 1915.

Mon Charles,

Tes parents sont repartis pour Sainte-Anne. Ils voulaient que j’aille avec eux mais je ne peux pas quitter ton parrain pour aller chez des étrangers. Gaston a peur, il ne veut plus du tout rester rue de Metz ; ils sont navrés.

Le bombardement continue toujours. Surtout pour les aéroplanes, ils lancent quelque chose comme bombes et fléchettes. Que veux-tu, on commence à s’y habituer. Je ne me rappelle pas t’avoir dit que le pauvre père Deboeuf était mort de maladie. Tu en trouveras du changement, mon Charles, quand tu reviendras. Mais quand ?

Je te quitte. Bons bécots et à toi toujours.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne


ob_67b330_cpa-boscodjoukan-041-copie

Mercredi 14 avril

Rien à signaler entre la mer et l’Aisne, que quelques actions d’artillerie. Dans l’ensemble, nous avons maintenu et consolidé nos positions sur les divers points où nous avions antérieurement progressé. A l’est de Berry-au-Bac, nous avons enlevé une tranchée allemande. En Argonne, lutte de mines et combat à coups de bombes et de grenades d’une tranchée à l’autre. Entre Meuse et Moselle, nos troupes sont parvenues, en plusieurs points, au contact des réseaux de fil de fer de la défense ennemie.
Nos avions ont bombardé efficacement les hangars militaires de Vigneulles, en Woëvre, et dispersé un bataillon en marche.
D’après un télégramme de source danoise, des avions français ont jeté des bombes sur des casernes à Hambourg, en y provoquant l’incendie.
Les Austro-allemands ont tenté une contre-offensive contre les Russes des Carpates, en tournant leur aile gauche dans la direction de Stryj, mais ils ont été repoussés avec des pertes énormes.
La presse américaine attaque avec une violence croissante le comte Bernstorf, ambassadeur d’Allemagne, dont la note outrecuidante contient des termes injurieux pour la grande république.
Un important conseil des ministres a eu lieu à Rome. L’heure décisive approche pour l’Italie et M. Giolitti, jusqu’ici partisan de la neutralité, aurait déclaré que la guerre entre son pays et l’Autriche devenait inévitable.
L’Allemagne publie une note pour se plaindre du traitement infligé en Angleterre aux équipages des sous-marins capturés et pour annoncer qu’elle exercera des représailles sur les marins britanniques tombés entre ses mains.

Share Button