• Archives: Rue de Betheny

Dimanche 29 avril 1917

Paul Hess Dimanche 29 avril 1917 – Ce dimanche, je vais faire une promenade dans la matinée et je passe rue du Barbâtre 41, pour causer un instant des événements avec d’excellents amis — la famille Cochain — dont la boulangerie, à cette adresse, est toujours ouverte. Ils me font voir le fond du culot …Voir +

Vendredi 6 avril 1917

Paul Hess Vendredi Saint 6 avril 1917 – Extrait des journaux de ce jour : Sous sa rubrique « Le bombardement — 926e jour du siège« , Le Courrier de la Champagne avait imprimé un article dont la cen­sure a seulement laissé subsister ce qui suit : (“Mercredi, le nombre des obus a encore dépassé 2 000″ …Voir +

Dimanche 21 janvier 1917

Rue Lesage

Paul Hess Dimanche 21 janvier 1917 – Par un beau temps sec et un calme relatif assez engageant, l’idée me vient de tenter une promenade matinale en direction du Petit-Bétheny, sans savoir quel pourra en être le terminus, puisque c’est la première fois que j’essaierai de me rendre compte jusqu’où les habitants de Reims sont …Voir +

Mercredi 3 novembre 1915

Cardinal Luçon Nuit tranquille. Visite aux Petites Sœurs des Pauvres : vieillards ; ambulance ; musique. Visite aux Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul de Saint-André, 62 rue de Betheny ; et 31 rue Jacquart, à qui j’ai porté des effets pour soldats. 54 aéroplanes français contre lequel tirent les Allemands(1). Nuit tranquille. Cardinal Luçon dans son Journal …Voir +

Samedi 5 décembre 1914

Canonnade par les grosses pièces dès le matin. Bombardement l’après-midi. – Le Courrier donne ainsi, le récit suivant paru dans L’Écho de Paris : Les visites de Mgr Luçon Nous lisons dans L’Écho de Paris Il y a cinq ou six jours, le cardinal archevêque de Reims est allé visiter l’ambulance installée au château du …Voir +

Lundi 30 novembre 1914

Paul Hess Nuit calme. A 7 heures, ce matin, départ à Bezannes de ma femme et des enfants. Par le CBR, ils gagneront Bouleuse et Dormans, pour revenir à Épernay par la ligne de l’Est. Éloignement qui s’est imposé par un impérieux besoin de calme pour toute la petite famille, et surtout devenu nécessaire et …Voir +

Mercredi 16 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 16 Septembre ; 11 heures – Nous sommes canardés ici depuis 9 heures réponses des allemands aux batteries qui sont placées chez Lelarge et au Champ de grève. Vers 10 heures, d ou 3 projectiles sont tombés tout près ; un m’a paru avoir saccagé le Lycée où il y a encore 50 à 70 blessés …Voir +