Paul Hess

Dimanche 29 avril 1917 – Ce dimanche, je vais faire une promenade dans la matinée et je passe rue du Barbâtre 41, pour causer un instant des événements avec d’excellents amis — la famille Cochain — dont la boulangerie, à cette adresse, est toujours ouverte.

Ils me font voir le fond du culot d’un 305, que leur ont apporté, ces jours derniers, des soldats qui venaient de le ramasser sur l’avenue de la Suippe, où il était allé retomber, vraisemblablement après l’éclatement du projectile sur la cathédrale ou dans son voisinage. Ce disque à vis de l’énorme obus, une curiosité, pèse, à lui seul, plus de 20 kilos.

— Sifflements à partir de 11 h. Incendies rues de Vesle et de Bétheny.

A 13 h 1/2, arrivée vers les Halles, au moment où les collègues de la « comptabilité » et moi, nous y trouvons en tournée. Après-midi très mouvementé. Tir de nos pièces et bombardement.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Dimanche 29 – + 10°. Visite de Maurice Lamort, qui dévisse les obus, et a dévissé le 305 tombé sans exploser dans la Cathédrale, le 25 avril. Pose dans les ruines avec M. Lecomte devant l’appareil d’un photographe. Journée très agitée ; nombreuses bombes. Nuit affreuse de 8 h. soir à 4 h. matin. Bombardement mais pas sur nous. Quoique autour de nous.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 29 avril

Entre Saint-Quentin et l’Oise, actions d’artillerie assez violentes au cours de la nuit. Escarmouches à la grenade aux premières lignes, dans la région au sud de Saint-Quentin.

Vers Laffaux, l’ennemi a tenté, sans succès, un coup de main sur nos postes avancés.

En Champagne, activité assez grande des deux artilleries. Une attaque allemande, précédée d’un violent bombardement et dirigée sur une de nos tranchées à l’est d’Auberive, a été brisée par nos feux de mitrailleuses et nos barrages.

Sur la rive gauche de la Meuse, un de nos détachements a pénétré dans les lignes allemandes de la cote 304 et a ramené des prisonniers.

Le matériel capturé par nos troupes dans la bataille engagée le 16 avril comprend 173 canons lourds et de campagne, 412 mitrailleuses, 119 canons de tranchée. Le chiffre des prisonniers atteint 20780.

Les Anglais ont attaqué, au nord de la Scarpe, sur un front de plusieurs kilomètres. Ils progressent dans d’excellentes conditions, malgré la vigoureuse résistance de l’ennemi.

Les Bulgares avaient réussi à reprendre pied dans les tranchées récemment conquises par les Anglais, à l’ouest du lac Doiran. Une contre-attaque immédiate les a rejetés.

Source : La Guerre 14-18 au jour le jour

Share Button