• Archives: Eclaireur de l’Est

Mercredi 20 février 1918

Paul Hess 20 février 1918 – On lit, dans L’Éclaireur de l’Est, de ce jour : Pas d’indiscrétions. Avis aux populations civiles. Il a été constaté que des indiscrétions d’ordre militaire sont journellement commises par les habitants de la zone de l’armée qui, soit dans leur correspondance, soit dans leur conversation, donnent des renseignements sur …Voir +

Samedi 7 juillet 1917

Paul Hess 7 juillet 1917 – La censure a laissé passer un article, reproduit dans l’Éclaireur de l’Est de ce jour, qui ne donne pas encore lieu d’espérer sous peu, le dégagement de notre malheureuse ville de Reims ; le voici : Devant Reims. Un rédacteur de L’Écho de Paris, M. Eugène Tardieu, a passé …Voir +

Mercredi 27 juin 1917

Paul Hess 27 juin 1917 – L’Éclaireur de l’Est annonce 2 500 obus pour le 25 et le com­muniqué dit que Reims a été violemment bombardé. Il n’exagère pas, le communiqué, car depuis plus de huit jours et sans disconti­nuer, le pilonnage de notre ville est absolument effrayant. — Un obus, ce jour, dans la …Voir +

Jeudi 21 juin 1917

Paul Hess 21 juin 1917 – L’Éclaireur de l’Est mentionne plus de 3 000 obus pour la journée du mardi 19. Depuis longtemps, le chiffre journalier des projectiles qui nous sont envoyés est très élevé. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Cardinal Luçon Jeudi 21 – + 17°. Nuit tranquille. …Voir +

Dimanche 17 juin 1917

Paul Hess Dimanche 17 juin 1917 – Bombardement, le matin, vers Pommery. Dans la matinée, à la mairie où j’étais allé, comme d’ha­bitude, M. Raïssac m’a fait savoir que le président de la République doit venir cet après-midi remettre quelques décorations, notam­ment la croix de chevalier de la Légion d’Honneur à Mgr le cardi­nal, MM. …Voir +

Mardi 10 avril 1917

Paul Hess 10 avril 1917 – Départ de ma sœur, Mme Montier, à 6 h, pour Châlons s/Marne. Au point de vue de son propre intérêt, de sa sécurité, c’est avec la plus grande satisfaction que je la vois s’éloigner de Reims. Quelle va être dès aujourd’hui ma nouvelle organisation per­sonnelle ? Nous verrons. Pour …Voir +

Mercredi 25 novembre 1914

Abbé Rémi Thinot 25 NOVEMBRE – mercredi – 9 heures soir ; La matinée avait été calme. A 1 heure et demie, coup sur coup, deux gros éclatements à proximité. Une grosse marmite au Grand Séminaire, une autre chez M. Chatain, c’est-à-dire chez M. le Curé. Je me précipite. Au bout de la rue Vauthier des vagues …Voir +