• Archives: Berry-au-Bac

Mercredi 21 novembre 1917

Paul Hess novembre 1917 – Attaque allemande du côté de Bétheny ; nous entendons les explosions des torpilles sur les tranchées. Bombardement à 21 h 1/2 et riposte sérieuse de notre ar­tillerie, pendant trois quarts d’heure. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Cardinal Luçon Mercredi 21 – + 11°. Pluie. …Voir +

Mercredi 25 juillet 1917

Paul Hess 25 juillet 1917 – Canonnade très nourrie, au cours de la nuit dernière, suite d’une attaque allemande. A 18 h 1/2, se déclenche le roulement d’une nouvelle canonnade formidable, paraissant donner du côté de Berry-au-Bac et se prolonge jusqu’à 20 h. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Cardinal …Voir +

Dimanche 8 avril 1917

Paul Hess Pâques, 8 avril 1917 – Une petite  affiche intitulée : Le départ doit être immédiat est apposée en ville. Elle répète qu’à partir du 10 avril, ne devront tester à Reims que ceux des habitants qui sont retenus par une fonction, le gouvernement ayant décidé l’évacuation des autres. La violence exceptionnelle des derniers …Voir +

Jeudi 5 avril 1917

Paul Hess Le communiqué en date de Paris, 4 avril, 7 h, que nous lisons ce matin dans les journaux, annonce notamment ceci : L’ennemi a violemment bombardé la ville de Reims, qui a reçu plus de 2 000 obus ; plusieurs personnes de la population civile ont été tuées. — Aujourd’hui, au cours de …Voir +

Mercredi 12 avril 1916

Louis Guédet Mercredi 12 avril 1916 578ème et 576ème jours de bataille et de bombardement 4h soir  Toute la nuit bataille terrible toute proche. Pluie, vent en tempête, froid. En ce moment le canon tonne formidablement du côté de Berry-au-Bac. Journée monotone, occupée à préparer mes bagages qui seront fort encombrants et lourds. Et remuer …Voir +

Dimanche 16 mai 1915

Paul Hess Depuis quelques jours, un calme relatif règne en ville, la nuit surtout, mais on entend les grondements sourds du canon au loin. vers Berry-au-Bac. – Actuellement, une promenade dans Reims, le dimanche, donne une impression pénible de tristesse et de vide. Aucun autre bruit que celui du canon. La gare, avec sa façade …Voir +