• Catégorie: Eugène Chausson

Jeudi 25 février 1915

Angle rue de Cernay et rue Croix St-Marc

Le Courrier de la Champagne, qui n’a pas dû paraître les 23 et 24, donne en tête de son numéro d’aujourd’hui 25 cet avis : À nos lecteurs. À la suite de l’accident survenu à notre machine et en attendant qu’elle fût réparée, nous avions organisé le tirage du journal dans nos ateliers du boulevard …Voir +

Mardi 23 février 1915

Sitôt levé, j’inspecte les décombres de la cour, rue Bonhomme, parmi lesquels je retrouve les quatre parties dispersées d’un petit fourneau à alcool, déjà remonté de ma cave effondrée rue de la Grue 7, après les incendies du 19 septembre 1914. Quoique sérieusement endommagés, ces débris assemblés reconstituent complètement l’ustensile, qui pourra resservir à faire …Voir +

Lundi 22 février 1915

Ce matin, j’en n’étais à réfléchir sur la manière d’employer utilement la journée pour parer tout de suite au plus pressé : voir d’abord un menuisier au sujet du bouchage, avec des planches, de l’ouverture faite par l’obus, afin de rendre leur indépendance aux deux propriétés ; aviser ensuite au déblaiement et, après m’être mieux …Voir +

Dimanche 21 février 1915

Paul Hess La nuit a été calme. En me rendant, ainsi que chaque semaine, place Amélie-Doublié, chez mon beau-frère Montier, je puis examiner en passant, un obus de 150 se trouvant à l’entrée gauche de la rue Lesage. Cet engin, entouré d’une petite barrière protectrice a roulé là, contre le trottoir, le vendredi 19 dans …Voir +

Samedi 20 février 1915

Canonnade, après une nuit calme. – Le Courrier fait savoir ceci, aujourd’hui : Appel de la classe 1916. Selon toutes probabilités, la classe 1916 sera appelée le 20 mars prochain. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Samedi 20 – Quatre bombes sur la ville dans la nuit du 19-20, de …Voir +

Vendredi 19 février 1915

Après une nuit calme, le bombardement commence vers 9 heures. A 10 h du soir, nouveaux sifflements et arrivées d’obus rue Eugène Desteuque et dans le quartier avoisinant. – Depuis quelques jours, il était procédé au recensement des habitants demeurés à Reims afin de déterminer, aussi exactement que possible, les besoins de la population au …Voir +

Jeudi 18 février 1915

Bombardement intense dans la matinée et à deux reprises au cours de l’après-midi, causant la mort de neuf personnes. Parmi les tués identifiés, se trouvent : MM. L. Carton, cantonnier municipal ; J. Gauthier, balayeur au service de la voirie et un enfant d’une douzaine d’années, J. Bouchet. Nous apprenons en outre, à la mairie, …Voir +

Mercredi 17 février 1915

Bombardement à 14 h 1/2. Des éclats viennent tomber dans la cour de l’hôtel de ville et sur la place. Environ une soixantaine d’obus ; un tué, neuf blessés. – Le bruit ininterrompu de la canonnade se fait entendre dans la même direction qu’hier. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos …Voir +

Mardi 16 février 1915

Les deux dernières nuits ont été calmes. Canonnade terrible une partie de la journée, au nord de Reims et bombardement vers 16 h 1/4. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Mardi 16 – Vêpres des Quarante Heures à Sainte-Geneviève. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux …Voir +

Lundi 15 février 1915

Nuit tranquille : Visite aux Ambulances Carnot, à celle installée chez M. Houlon (Chalet de M. Houlon), au Parc de la Haubette où se trouvait M. le Sous-Préfet. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims 15/2 Lundi – Temps nuageux. Dans la direction de Berry-au-Bac, à …Voir +

Dimanche 14 février 1915

Canonnade violente faisant vibrer les vitres dès le matin et bombardement ; quelques obus, comme hier. – à 18 heures, alors que je me trouve rue du Cloître 10, où je passe assez souvent prendre des nouvelles de la famille de mon beau-frère, un coup de fusil retentit soudain. Que signifie cette détonation entendue assez …Voir +

Samedi 13 février 1915

Nuit tranquille. Visite à Mencière et au Fourneau économique. Donné 20 F pour ustensiles à acheter. Promis d’aller à la Haubette lundi à 2 h 1/2 Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims Louis Mencière Louis Mencière Louis Mencière Louis Mencière est un médecin français né …Voir +

Vendredi 12 février 1915

La journée d’hier s’est passée en canonnades de notre part. Aujourd’hui, les détonations de l’artillerie m’ont éveillé brusquement à 7 h, après une bonne nuit, ce qui devient rare. – Le Courrier donne le compte-rendu succinct d’une réunion du Conseil municipal qui a eu lieu avant-hier, sous la présidence de M. le Dr Langlet, maire …Voir +

Jeudi 11 février 1915

Nuit tranquille. Journée de prière des enfants à Sainte-Geneviève. Messe et allocution à Sainte Geneviève à 8 h. Procession à 5 heures. Bombes. Reçu 300 F de Cantorbéry. Adresse des Cardinaux français au Cardinal Mercier (Recueil, p. 78). Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims 11 …Voir +

Mardi 9 février 1915

La nuit a été calme. Bombardement dans la matinée vers le faubourg de Laon et l’après-midi sur le 3e canton. – Vers 10 h, nous pouvons assister, de la cour de l’hôtel de ville, par un temps très clair, à la une chasse au Taube fort intéressante. Cela n’est pas pour faciliter sa promenade car …Voir +