Louis Guédet

Lundi 8 avril 1918
1305ème et 1303ème jours de bataille et de bombardement

11h matin  Pluie torrentielle toute la nuit, et battante ce matin, aussi ne suis-je pas allé à Vitry par ce temps. J’espère avoir plus beau temps demain. Rien de saillant. Jean nous a enfin écrit, sa lettre date du 30 mars, et il nous apprend qu’il va à Vendôme suivre un cours d’officiers orienteurs pendant 3 semaines. Lettre de Dagonet qui me demande de mes nouvelles, apprenant l’évacuation de Reims. Il est atteint par la limite d’âge renvoyé à l’arrière, il est en ce moment à Avize, d’après ce qu’il me laisse entendre. Je vais à Vitry demain quelque temps qu’il fasse. Pourvu qu’il ne fasse pas trop mauvais.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Lundi 8 – Visite du Dr Fiessuiger. Madame la Generale Beaudemoulin et sa fille assistent ä ma messe. Re?u nouvelles de mon Mandement par M. Leconte et M. Helluy.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 8 avril
Notre artillerie a arrêté des tentatives d’attaques ennemies dans la région de Hangard-en-Santerre, et pris sous nos feux des rassemblements de troupes en divers points du front, au nord de Montdidier.
Nous avons repoussé une attaque dans la région de Grivesnes.
A l’ouest de Noyon, un fort détachement ennemi qui avait réussi à prendre pied dans notre ligne avancée en a été aussitôt rejeté par notre contre-attaque.
Sur le front de l’Oise, les Allemands n’ont pas renouvelé leurs tentatives dans la région de Chauny-Barisis.
Des coups de main ennemis au nord du Chemin des Dames sont demeurés sans résultat.
Reims à été violemment bombardée.
Sur la rive droite de la Meuse, une forte attaque allemande au nord-est de la cote 344 a été repoussée après un vif combat. L’ennemi a subi des pertes sérieuses et laissé entre nos mains vingt-trois prisonniers dont trois officiers.
Nos bombardiers ont jeté 5000 kilogrammes de projectiles sur les gares et cantonnements de la région de Roye.
Les Anglais ont fait 120 prisonniers dans la région d’Aveluy.
Ils ont repoussé un assaut allemand en face d’Albert, et brisé une attaque au sud d’Hébuterne.
Au sud de la Somme, ils ont amélioré leurs positions et fait quarante prisonniers.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button