Cardinal Luçon

Samedi 26 – + 2°. Nuit tranquille. Brouillard transparent. Visite aux Halles et aux Trois-Fontaines. Expliqué la demande d’appréciation des édifices ruinés (demande faite par des Américains, dans un but bienveillant et le don aux Enfants (cadeau étrennes de Noël, américains) fort bombardement de 1 h. à (sur batteries ?) Canons français à 4 h. 40.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 26 janvier

Au nord de l’Aisne, nous avons aisément repoussé deux coups de main ennemis sur nos petits postes.
Activité des deux artilleries assez vive dans la première partie de la nuit, sur le front du bois Le Chaume.
Un coup de main ennemi sur nos postes au nord du bois des Caurières a totalement échoué.
Sur le front britannique, l’artillerie allemande s’est montrée active à l’ouest de la Vacquerie et aux environs de Passchendaele.
Les pilotes anglais ont bombardé les champs d’aviation de la région de Courtrai et un aérodrome situé au nord de Gand, d’où les avions allemands partent pour leurs vols de nuit.
Ils ont en outre, attaqué à la bombe et à la mitrailleuse les cantonnements ennemis de la région de Roulers. Tous les appareils sont rentrés indemnes.
Sur le front italien, on ne signale que des fusillades et de l’activité d’artillerie.
La délégation autrichienne a, dans son ensemble, et à l’exception des Tchèques, approuvé le discours de Czernin. La commission du Reichstag a donné son assentiment au discours du chancelier Hertling. Le secrétaire d’Etat Kuhlmann a fait devant elle un exposé pour justifier son attitude à la conférence de Brest-Litovsk.
L’état de siège a été proclamé à Barcelone, et Sabadell s’est mis en grève.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


 

Share Button