Louis Guédet

Dimanche 23 décembre 1917

1199ème et 1197ème jours de bataille et de bombardement

4h soir  Hier soir nuit fort agitée et lugubre. Vers 10h, au moment où j’allais m’endormir une rafale d’obus tout proche et un peu partout me réveille en sursaut. Je m’habille sommairement, et prenant le reste de mes vêtements je descends en hâte dans le sous-sol où couchent Lise et Adèle. Je suis pris d’un tremblement nerveux très pénible qui me dure assez longtemps. Je ne suis plus guère résistant !! Je me couche dans le lit qui est en permanence là pour moi en cas d’alerte. Le bombardement continu jusqu’à minuit, des incendies rue des Moulins, et près de St Benoit. Des victimes rue des Moulins, des bombes rue Petit-Roland, bout de la rue des Capucins, rue de l’Étape, un peu partout.

Je m’endors avec de la fièvre. Très mal dormi et ce matin j’étais bien délabré… Je suis allé à la messe de 8h1/2 à St Jacques, où l’on gèle littéralement, la nef étant à tous vents. Travaillé, vu à mon courrier, etc… Lettre de ma chère femme, tous vont bien. A 10h vu Beauvais et Houlon, rien appris. Vu à 1h1/2 Dor pour le contrat de mariage de sa fille. J’ai insisté pour que le futur vienne le plus tôt possible afin de me permettre de partir au plus tôt à St Martin. J’ai besoin de calme et de tranquillité. Vu le papa Millet qui ne travaille plus guère, je le presse. Tout cela me décourage et me lasse. Rentré vers 3h1/2, rencontré le Capitaine La Montagne qui assiste à l’ouverture des coffres-forts. Causé fort aimablement. Il est fort satisfait que Lepage soit remplacé par Minet. Comme moi il estime que tout ira bien.

Je suis encore tout impressionné de l’émotion de ma soirée d’hier. Je ne suis plus fort, ni courageux, hélas ! Je crois que je coucherai encore en bas ce soir, je suis si craintif maintenant.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

23 décembre 1917 – Bombardement, la nuit passée et avions.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Dimanche 23 –  7°. Beau temps, sec, froid ; toute la nuit, des aéroplanes. Canonnade plus loin de nous. Offices comme à l’ordinaire. Vu M. le curé de Saint-Symphorien de Versailles, chez qui M. Légué (curé d’Hermonville) a prêché et quêté 1390 + 400 francs. Avions allemands toute la jour­née en particulier à 6 h. soir.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Dimanche 23 décembre

Actions d’artillerie assez vives dans la région du Fayet (nord-ouest de Saint-Quentin), sur le front Beaumont-bois Le Chaume, en forêt d’Apremont, en Haute-Alsace dans la région de la Thur et de la Doller.
Dans le Secteur de Bezonvaux, un coup de main allemand a échoué sous nos feux.
En Champagne, un de nos détachements, pénétrant dans les tranchées allemandes au sud-ouest de Moronvillers, est rentré au complet dans nos lignes après avoir détruit des abris et infligé des pertes sérieuses à l’ennemi.
Sur le front britannique, des coups de main ennemis ont échoué vers la route Bapaume à Cambrai, à l’est de Monchy-le-Preux et au sud-est d’Armentières.
Sur le front italien, dans la région du mont Asolone, les troupes de nos alliés ont maintenu en éveil l’activité combative et réalisé quelques progrès.
Une contre-attaque ennemie a été sur le champ repoussée plus à l’ouest, vers Osteria di Lepre. Un détachement qui essayait, grâce au brouillard de faire irruption dans les positions italiennes, a été arrêté par les fils de fer barbelés et rejeté par la fusillade. Au mont Solarolo, un coup de main ennemi a échoué, après une lutte à la grenade.
Sur le plateau d’Asiago, les troupes ennemies ont été combattues avec efficacité et à l’est du pont de la Priola, des batteries ennemies ont été réduites au silence.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button