Paul Hess

Dimanche 4 novembre 1917 – Nous pouvons, M. Vigogne et moi, assister encore, ce diman­che, à un concert offert par la musique du 118e territorial d’infante­rie. Le programme, distribué aux assistants, est ainsi présenté :

Programme des morceaux exécutés au concert du dimanche 4 novembre 1917, de 14 h 30 à 15 h 30 Salle de l’Embarcadère, boulevard Louis-Roederer 48

1. Alsace-Lorraine Défilé Chassaigne
2. Le petit Quinquin Allègre Mastio
3- Ouverture du Jeune Henri Chasse Méhul
4. Oyème quérida Bolero Argaing
5. Sigurd Sélection Reyer
6. Quand Madelon Choeur Robert
7. Le Chant du Départ Défilé Méhul

Le chef de musique.- C. Vial

Il nous est donné là, au cours de l’exécution des différents morceaux, d’apprécier la musique de ce régiment composée évi­demment d’excellents éléments, et ceci nous rappelle les diman­ches de belle saison d’avant la guerre, où nous pouvions applau­dir, dans le calme, autour du kiosque des Marronniers, celle du 132e d’infanterie qui, elle-même, recrutait souvent des valeurs.

Le 118e territorial d’infanterie est formé, en grande partie par des méridionaux ; leur prononciation accentuée, agréable à entendre, s’est bien révélée et d’une manière toute collective, dans le chant de La Madelon.

Encore une fois, nous rentrons enchantés d’avoir pu profiter d’une aussi belle distraction, au milieu des ruines de notre pauvre ville de Reims.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Dimanche 4 – + 10°. Nuit tranquille: service pour les fondations. Visite de Miss Robinson Smith, à la maison et à la Cathédrale. Visite de trois journalistes des Débats, de La Liberté et du Temps, conduits par le Lieute­nant de Jouvenel. visite de l’abbé Abelé.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 4 novembre

Nos troupes ont continué à progresser entre le canal de l’Oise et la région de Corbeny et ont atteint sur tout le front la rive sud de l’Ailette.
L’ennemi s’est replié sur la rive nord, dont les ponts et les passerelles ont été coupés. La lutte d’artillerie s’est maintenue vive dans le secteur de Chavignon et en quelques points de la région des plateaux.
Dans le matériel capturé depuis le 23 octobre, nous avons actuellement dénombré 200 canons lourds et de campagne, 222 canons de tranchées, 720 mitrailleuses.
Sur la rive droite de la Meuse, action d’artillerie violente sur le front du bois Le Chaume. Un coup de main ennemi au nord de Saint-Mihiel n’a eu aucun résultat.
Du 21 au 3l octobre, nous avons abattu 23 avions allemands. En outre, 28 appareils ennemis ont été sérieusement touchés et descendus dans leurs lignes.
Les Anglais ont fait quelques prisonniers dans une rencontre de patrouilles à l’est de La Bassée.
L’artillerie ennemie a été très active à l’est d’Ypres.
Les Italiens ont arrêté des troupes austro-allemandes qui tentaient de franchir le Tagliamento.
Les Anglais ont détruit un croiseur auxiliaire allemand et dix chalutiers allemands dans le Cattégat et un autre navire ennemi sur la côte belge.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Dessin de Delauzanne

Share Button