Louis Guédet

Jeudi 21 septembre 1916

740ème et 738ème jours de bataille et de bombardement

7h1/2 soir  Assez beau temps couvert, nuageux, froid, un vrai temps de novembre. Le calme. Un peu de soleil le matin. Travaillé le matin et l’après-midi, audience de justice de Paix pour les conciliations en matière de réquisitions militaires. Arrivé à 2h, sorti à 5h1/2 du soir. J’étais fort fatigué. Payen en avait aussi assez, et de plus nous étions gelés dans mon cabinet du Tribunal, avec toutes les fenêtres veuves de vitres et de toiles !! Fait quelques courses et rentré. Causé avec Helluy du Courrier de la Champagne. Il est aussi outré des abus de pouvoir commis par les Gendarmes de la Prévôté sur l’instigation du Capitaine de Gendarmerie Girardot. Tout le monde s’en plaint, cela finira mal.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Jeudi 21 – Nuit tranquille. Projections. A 8 h. légales, 7 h. vraies, + 9°. Visite au Fourneau Économique de la rue Fery et à l’infirmerie militaire attenante. Visite au Fourneau des Moulins-Brûlés, et à Mlle Autrat propriétaire, dont la maison a reçu une bombe incendiaire il y a quelques jours. Visite de M. Maurice Barrés et Edmond Josse.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Maurice_Barrès

Maurice Barrès

Photographie : Wikepédia


Jeudi 21 septembre

Au nord de la Somme, les Allemands ont tenté un violent effort pour nous déloger des positions que nous avions conquises. La bataille a duré toute la journée. Plusieurs vagues d’assaut ennemies se sont précipitées contre nos lignes sur un front de 5 kilomètres, après de violentes préparations d’artillerie. Nos troupes ont résisté magnifiquement en conservant intégralement le terrain occupé.
C’est surtout aux abords de la ferme Le Priez et près de Bouchavesnes que la lutte a été acharnée. Les Allemands ont laissé le terrain couvert de cadavres. Une contre-attaque irrésistible de nos soldats a chassé l’ennemi de la partie nord-est du village de Bouchavesnes où il avait réussi à prendre pied. 50 prisonniers sont restés entre nos mains. Les prisonniers avouent que les Allemands ont fait des pertes énormes.
Les Anglais ont, de même, repoussé au sud de l’Ancre de vigoureuses contre-attaques. Ils ont détruit deux emplacements de canons et opéré un coup de main heureux au sud d’Arras.
Les Italiens ont brisé victorieusement une série de tentatives autrichiennes.
Les Serbes ont occupé en Macédoine la crête la plus haute de Kaimakçalan, à 2655 mètres d’altitude.
Les Roumains ont cessé leur retraite sur le Streihu et infligé un échec à Mackenzen en Dobroudja.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button