Paul Hess

16 août 1916 – Parti en congé, à Épernay, le 12 courant, j’apprends à mon retour, aujourd’hui, que des avions allemands volant très haut, à la faveur d’un temps à moitié couvert, le dimanche 13, ont lancé des bombes incendiaires sur la ville.

Plusieurs sinistres se sont déclarés — le plus important dans les locaux de l’hôtel-Dieu, rue Simon, qui a été en partie détruit.

Trois personnes auraient été carbonisées chez elles, rue Soussillon et trois autres tuées avenue de Paris, devant l’auberge « Au Soleil d’or », parmi lesquelles un cocher, M. Rozière, qui ramenait en ville, dans sa voiture, M. le Dr Hoel, lequel a été blessé.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

 

959_001

Cardinal Luçon

Mercredi 16 – Nuit tranquille sauf le dialogue de 9 à 10 h. (ci-dessus). Journée silencieuse ; ni canons, ni avions. Visite à Rœderer.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Mercredi 16 août

Au nord de la Somme, canonnade assez vive dans la région de Maurepas. Nuit calme sur les autres secteurs.
Au sud de la Somme, nous avons élargi nos positions au sud-ouest d’Estrées, en enlevant plusieurs éléments de tranchées à gauche du chemin de Fay à Deniécourt. Nous avons fait des prisonniers.
Sur la rive gauche de la Meuse, on signale quelques escarmouches à la grenade aux abords du réduit d’Avocourt. Une tentative des Allemands sur nos tranchées à l’est de la cote 304 a été enrayée par nos mitrailleuses.
Sur la rive droite, nos grenadiers ont repoussé deux attaques, l’une dans le village de Fleury, l’autre sur nos positions au sud-est.
Reims a été bombardée par avions: 6 civils ont été tués.
Sur le front britannique, un coup de main a réussi à l’ouest de Pozières.
Les Russes ont infligé un échec a l’ennemi sur la rive occidentale du Stokhod. Ils ont refoulé les Autrichiens sur le Sereth supérieur. Dans la région de la Strypa moyenne et de la Koropietz, ils ont progressé, puis ils ont atteint la rive nord du Dniester, près de Mariampol. Ils dénombrent leurs prisonniers : 83.000 depuis le 4 août dernier.
L’offensive turque continue près d’Hamadan, en Perse.
Les Italiens ont défoncé une nouvelle ligne de retranchements sur le Carso, en faisant 800 prisonniers.
Les Autrichiens ont bombardé Monfalcone par avions sans y faire d’ailleurs ni victimes, ni dégâts.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button