Louis Guédet

Lundi 14 août 1916

702ème et 700ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Très beau temps après l’averse d’hier soir qui a sauvé une partie de ce pauvre Hôtel-Dieu qui a flambé toute la nuit et St Remy. Je suis allé voir cela ce matin. Toute la partie historique de l’Hôtel-Dieu, le cloître et le grand bâtiment d’honneur ont tous leurs étages brûlés, en cendres. En plus de cela la chapelle (l’ancienne bibliothèque des Jésuites) ainsi que le dortoir au-dessus n’existent plus. C’est une vraie perte pour l’histoire de Reims. La table de Godart avec sa légende a été sauvée, cette table de 4 à 5 mètres de longueur sur 1 mètre 50 de large est une planche d’une seule pièce de 10 centimètres d’épaisseur qui a été prise dans une branche du chêne de Saint-Basle, près de Verzy. Que devait être le chêne lui-même ! Cette table porte, coulée en plomb : les armes de Godart, le donateur « D’azur au chevron d’or accolé de 3 roues du même, 2 et 1 », l’anagramme de Godart (Go→) Go et un dard. Godart et les 2 inscriptions suivantes : « D’une branche de chesne de Sainct Basle, l’an MVXXX »

En pièce jointe le dessin de cette table, intitulé : Table de Jean Godart. Incendie de l’Hôtel -Dieu

Go suivi d’une flèche, avec en perpendiculaire « d’une branche du chêne St Basle 1510, et suivi du texte suivant : Du don Faict par M. Ian Godart datigné chantre de Reims. Maistre et proviseur de céans Ma donné l’an XVcXXX – Priez pour luy.

Tout le rez-de-chaussée du cloître est intact pour ce qui est vouté. L’escalier monumental et sa rampe du XVIIIème siècle devant la chapelle avec la colonne du vestibule unique qui soutient tout le poids de cet escalier sont sauvés, mais résisteront-ils à l’eau dont ils ont été imprégnés ? Les 2 salles de réception du bâtiment sur la Cour d’Honneur, avec leurs belles boiseries du XVIIIème siècle sont intactes, ainsi que le grand portrait en pied du Cardinal de Lorraine, mais gare à l’humidité et les intempéries !!

Le musée lapidaire autour du cloître n’a rien et c’est compréhensible. J’ai revu le tombeau de Jovin et la sainte face de St Nicaise, si curieuse et si obsédante avec son regard qui vous suit de quelques façons que vous le regardiez.

Tout çà a flambé toute la nuit. Ce matin cela brûlait encore et fumait. J’ai erré dans tant et à travers, tout cela pendant 3h. Saint Remy a été sauvé grâce à la présence d’esprit et à l’initiative de Lesage, l’aide de Ravaud, mon pharmacien de la rue du Cadran St Pierre, qui fait fonction de chef pharmacien de l’Hôtel-Dieu justement, qui avec Speneux, le commissaire de Police du 3ème canton, qui en fait rempli les fonctions de ministère public à mes audiences de simple police a paré au danger.

Les flammes du bâtiment qui touche l’aile nord du transept de St Remy, ou se trouve la sacristie et la statue de Jean-Baptiste de la Salle traversaient la rose centrale et celle-ci, les flammes aspirées par le regard rond à la clef de voûte pour livrer passage aux matériaux et aux cloches, léchèrent ce regard bouché par un tampon en planche et menaçaient ainsi d’atteindre la forêt de bois qui soutient toute la toiture du monument. Voyant cela Lesage et Speneux, uniquement éclairés par une lampe de poche, grimpèrent aux combles et se précipitèrent vers ce regard et démolirent ce tampon et en précipitèrent les débris fumants et charbonnants sur le pavé du transept. Il était temps, une poutrelle de la toiture était déjà léchée par les flammes et noircie…

1/4 d’heure plus tard Saint-Remy n’existait plus. Lesage m’a conduit voir cela, et m’a donné sur place ces explications. Pauvre St Remy, pourvu que les allemands, furieux de le voir encore debout et intact, ne recommencent pas encore de lui jeter de nouvelles bombes. C’est un avion qui, survolant la basilique, voulant certainement l’incendier, qui lâcha 3 bombes incendiaires énormes qui, au lieu de tomber sur la nef, tombèrent sur la lingerie de l’Hôtel-Dieu qui se trouvait sur le bâtiment de l’Est du cloître, touchant le transept nord, à 10 mètres près c’était St Remy qui était touché.

En 20 minutes de temps tout à flambé, il n’y a plus eu que la ressource de faire la part du feu et de sauver les 82 ou 84 malades qui restaient. Pas de mort, pas de blessé. Et cependant les allemands ont tiré sur les flammes. J’ai entendu des obus siffler venant de Brimont, mais ils n’arrivèrent pas jusque là.

Juste retour des choses les infirmières laïques et combien ! il faut voir les inscriptions sur les murs, qui s’étaient installés dans les cellules du dortoir des anciennes Religieuse de St Remy, les Augustines chanoinesses, dont quelques unes sont à l’Hospice Roederer, les infirmières, dis-je, n’ont eu que le temps de se sauver. Elles ont tout perdu, elles n’ont que leurs chemises sur leur dos ! Bien volé, bien spolié, bien violé, bien souillé…  purifié par le feu…

J’étais éreinté et de fatigue et d’émotion. Quelle vie. Quelle nuit ! Quelle journée et ce n’est pas fini.

On est découragé malgré soi.

Pour compléter ce récit est joint un petit livret de 12 pages résumant et complétant cette tragique journée, et diffusé par l’Académie de Reims en 1917.

Rapport à l’Académie de Reims

Incendie de l’Hôpital Civil de Reims (Ancien Hôtel-Dieu)

Le Dimanche 13 août 1916, à 7h1/2 du soir, par M. Louis Guédet, membre titulaire.
Reims  Léon Michaud, libraire de l’Académie
Monce et Cie, Imprimeurs de l’Académie  1917

Extrait des Travaux de l’Académie de Reims, Annexe Année 1915-1916 (Séance tenue à Paris, le 8 décembre 1916).
Tirage à 50 exemplaires

Préambule : Plan approximatif de l’incendie de l’Hôpital civil de Reims (13 août 1916)
Ce document figure en pièce jointe.

Incendie de l’Hôpital Civil (Ancien Hôtel-Dieu) de Reims
Le Dimanche 13 août 1916, à 7h1/2 du soir, heure centrale.

Extrait de « Note et impressions de Guerre »
Communication de M. Louis Guédet, membre titulaire.

Depuis près de trois heures, une demi-douzaine d’avions allemands survolent la ville. Leur bourdonnement est vraiment énervant et pas un des nôtres ne vient donner la chasse à ces oiseaux de malheur ! Que peuvent bien méditer encore les Vandales ?

8 heures – J’entends le sifflement caractéristique de deux ou trois bombes d’aéroplanes dans la direction de Saint-Remi.

8h.10. – Les pompiers de Paris, casernés à l’École Professionnelle de la rue Libergier, passent avec leur automobile sous mes fenêtres, se dirigeant vers Saint-Remi.

8h.30 – Un passant me crie que c’est l’Hospice civil qui brûle, rue Pasteur, et qu’il n’y a rien à faire : « Tout flambe ! » ajoute-t-il en s’éloignant au pas de course.

Je monte aussitôt sur une terrasse du toit de mon refuge. Spectacle inoubliable de destruction et d’horreur ! L’ancien Hôtel-Dieu de Reims n’est plus qu’une mer de flammes. C’est effrayant ! Je n’ai rien vu de semblable depuis l’incendie de la Cathédrale. Pourvu que Saint-Remi ne brûle pas !

A la lorgnette, je vois cependant les flammes lécher la rosace du transept nord de la vieille basilique, puis gagner au-dessus du cloître, vers l’ouest, les bâtiments adossés le long des cet édifice.

Je me hâte vers le lieu du sinistre. Les Allemands envoient des obus dans cette direction.

Je pénètre dans la cour d’honneur : le fléau paraît circonscrit, mais le cloître, la chapelle, le bâtiment central ne forment plus qu’un immense brasier. On évacue les quatre-vingt-deux malades restant encore dans l’Hospice. Le service se fait parfaitement et avec beaucoup de sang-froid, sous la direction de M. Guichard, vice-président de la Commission des Hospices, M. Houlon, membre, M. le Dr Simon (le Dr Hoel venant d’être blessé lui-même par une autre bombe, porte de Paris), M. le Maire de Reims, Dr Langlet, M. Régnier, sous-préfet, M. le Général commandant de place, etc…  etc…

Le personnel hospitalier, ainsi que les troupes accourues à l’aide, se multiplient avec un calme et un courage admirables.

On procède ensuite au sauvetage du mobilier, mais difficilement. Les pompiers de Reims luttent de dévouement avec les pompiers de Paris.

8h.55. – Une pluie diluvienne s’abat à ce moment sur nous. Il n’y a plus rien à faire qu’à protéger les bâtiments qui ne sont pas encore atteints. On est maître de l’incendie vers 11h.1/2 du soir. Je rentre donc chez moi à la lueur de cet immense brasier, tout consterné du spectacle que je viens de contempler.

Lundi 14 août, 7h – L’incendie a duré toute la nuit. Ce matin, je ne vois plus qu’une grande fumée cachant à demi Saint-Remi. Je retourne sur le théâtre de la catastrophe.

Dans la grande cour, au pied de l’escalier de pierre à double évolution du bâtiment principal, face à la rue Simon, la pompe à vapeur, avec son teuf-teuf régulier, lance des torrents d’eau sur les décombres fumants de ce qui a été l’Abbaye de Saint-Remi. Au milieu de la cour, infirmiers et infirmières entassent produits pharmaceutiques, appareils, brancards, matelas, linges, etc…  dans des voitures. M. Guichard avec son automobile, à l’avant duquel flotte un drapeau de la Croix-Rouge, transporte les infirmières au gracieux bonnet blanc à Saint-Marcoul, (Hospice Noël-Caqué), où ont été évacués les quatre-vingt-deux malades qui restaient à l’Hôpital civil.

Je rencontre le dévoué pharmacien de l’Hospice, M. André Lesage, qui m’aide à faire mon enquête sur la genèse et la progression du sinistre, tout en parcourant les locaux incendiés.

Le feu a été mis vers 8 heures du soir, par un ou plusieurs bombes incendiaires, tombées d’un avion allemand dans le grenier qui s’étendait au-dessus de la salle Museux et de l’ancienne lingerie.

On ne sait s’il est tombé une ou plusieurs projectiles. L’interne en médecine de garde, M. Louis Brodiez, a entendu distinctement trois explosions, mais elles ont pu être produites par le même engin ; ces bombes incendiaires étant très compliquées et parfois à éclatements multiples.

L’incendie a pris tout de suite de grandes proportions. M. Brodiez et son collègue en médecine, M. Marcel Jénot (1889-1956), arrivés aussitôt qu’ils l’ont pu avec des extincteurs dans le grenier qui brûlait, c’est-à-dire au plus tard deux ou trois minutes après la chute du ou des projectiles, disent que ce grenier paraissait alors entièrement en flammes et que des poutres étaient déjà calcinées au point de tomber et de les obliger à se retirer vivement.

L’alarme fut immédiatement donnée au commissariat de police du troisième canton, place Suzanne, et la première voiture des pompiers arrivait à 8h.10. Elle devait être suivie bientôt de tout le matériel des pompiers de Paris, puis de celui des pompiers de Reims ; mais d’autres incendies ayant été allumés ailleurs par les autres aéroplanes ennemis, on ne put envoyer à l’Hôpital civil qu’une partie du matériel de secours de la Ville.

Les troupes cantonnées dans le voisinage furent alertées et vinrent également à l’aide ; car il s’agissait non seulement d’éteindre l’incendie, mais surtout de sauver les malades qui occupaient encore plusieurs salles. Il y en avait dans les salles Henrot et Bienfait, salles situées directement sous les greniers qui flambaient et dans les différentes salles du rez-de-chaussée. Il n’y avait pas de malades dans la salle Museux au-dessus de laquelle commença l’incendie.

Aussitôt l’alarme donnée, les malades, qui n’étaient déjà tous couchés, furent priés de se lever s’ils le pouvaient et de descendre sans précipitation au rez-de-chaussée. Ceux qui ne pouvaient marcher furent enlevés avec leurs matelas par les soldats, sous la surveillance des internes et des infirmières. Mais le feu prenant de plus grandes proportions, on fit sortir tous les malades de l’Hôpital et on les conduisit dans les locaux de la Maison de Retraite, qui avait été abandonnée tout récemment par les vieillards. Cet exode se fit alors qu’il faisait encore jour, ce qui le facilita. Il s’effectua sans encombre, sans heurts, avec la discipline la plus parfaite malgré le bombardement.

Entre 10 heures et minuit, avec l’aide des Sauveteurs de Reims, qu’on trouve toujours au danger, et au moyen de leur voiture de sauvetage et des automobiles de la Maison Pommery, ces malades furent définitivement  transportés à l’Hôpital Noël-Caqué où ils trouvèrent des lits.

Pendant ce temps et malgré les premiers secours, le feu prenait de plus en plus d’extension. Il gagnait dans les greniers qui s’étendent au-dessus de la chapelle et du dortoir des infirmières, (ancien dortoir des religieuses Augustines de l’Hôtel-Dieu de Reims), d’une part, et au-dessus des salles Henrot et Landouzy.

Au-dessus du dortoir des infirmières, l’incendie se propageait avec une rapidité extraordinaire, le grenier s’effondrait bientôt sur le dortoir qui, dès 9 heures, était déjà écroulé lui-même sur la chapelle. De cette partie, il ne reste absolument rien, sauf la petite sacristie, élevée sur le côté nord de la chapelle, et la grande sacristie située au fond de la dite chapelle et qui, étant voûtée, a pu résister. Les infirmières n’ont pu rien sauver de leurs effets et mobilier personnels.

Les admirables boiseries de la chapelle, ancienne bibliothèque des Bénédictins, œuvre de l’artiste rémois Blondel, qui en recommença, dit-on, à ses frais et jusqu’à quatre fois les sculptures qui ne lui semblaient pas parfaites, ainsi que les tableaux qu’elle renfermait, tout est brûlé.

A côté de la chapelle s’élève le remarquable grand escalier de pierre ; vers la même heure, tout le grenier qui se trouvait au-dessus et que dominait un petit clocheton contenant une cloche s’effondrait et les poutres continuèrent à brûler sur les marches, détériorant les dalles et les rampes en fer forgé si riches d’ornements. Les pierres des marches sont toutes calcinées et cassées : il est à craindre que ce magnifique escalier ne soit irréparable, s’il n’est pas pourvu au plus tôt à sa protection contre les intempéries du temps, qui achèveront ce que les flammes et l’eau ont commencé.

Au-dessus de la salle Henrot, on avait heureusement pu installer une lance d’eau qui empêcha un peu le feu de progresser ; mais son effet fut faible et tout le grenier de ce bâtiment ne formait plus qu’un brasier pour 9h.1/2.

De là, bien qu’il n’y eut aucune communication entre ce grenier et celui du pavillon Buirette, le fléau avait atteint la toiture de ce pavillon ; par bonheur les pompiers de Reims, entrés avec leurs pompes par la rue Pasteur, attaquèrent ce commencement d’incendie et s’en rendirent maîtres.

A ce moment une pluie torrentielle tomba. Le feu était beaucoup trop violent et trop étendu pour que cette pluie pût diminuer l’incendie, mais je suis convaincu qu’elle eut pour effet de protéger Saint-Remi contre la très forte chaleur irradiée par l’énorme brasier de l’Hôpital.

A Saint-Remi on se précautionnait contre le développement de l’incendie. Mme Mercier, femme du sacristain mobilisé, avait déjà pris ses dispositions pour qu’en cas de nécessité on pût sauver les objets précieux et le Trésor.

Comme on le sait, Saint-Remi touche l’Hôpital par toute la partie septentrionale de l’église. Le transept nord de la basilique pénètre même dans les bâtiments du cloître et la grande rosace de ce transept donne directement sur les toits de l’Hospice. Cette rosace avait eu ses vitraux brisés en partie par une bombe qui, en septembre 1914, avait déjà démoli la salle Museux, et, pour éviter le froid et les intempéries, on l’avait bouchée avec des planches.

Au contact des flammes qui dévoraient les toitures de la salle Museux et de la lingerie, ces planches prirent feu et les flammes produites par leur embrasement pénétrèrent à l’intérieur du monument, assez haut pour gagner la voûte et lécher les planches entourées de bâches qui fermaient l’oculus de la clef de voûte du transept : le danger était imminent.

Les personnes qui se trouvaient à l’intérieur de l’église voyaient cela avec angoisse ; mais, ignorant la superstructure de l’édifice et le moyen d’arriver aux combles, elles se trouvaient impuissantes à conjurer ce nouveau péril. Heureusement le commissaire de police du troisième canton, M. Speneux et M. Lesage, pharmacien de l’Hôpital, accompagnés d’un employé de Mme Mercier, furent prévenus de cet incident. Ils montèrent dans les combles et, grâce à la connaissance parfaite qu’ils en avaient, arrivèrent assez vite à l’oculus menacé. Ils jetèrent à l’intérieur de la basilique, par ce regard, les planches, bâches et autres débris qui charbonnaient déjà. Il était grand temps, car les planches embrasées touchaient une grosse poutre de la charpente qui noircissait déjà, et était assez chaude pour qu’on n’y pût que difficilement porter la main.

Saint-Remi était sauvé, grâce à ces courageux citoyens.

Entre temps, l’incendie s’étendait toujours, mais assez lentement, vers la salle Bienfait dont l’extrémité sud est contigüe à la tour nord de Saint-Remi. On put amener les gros tuyaux des Pompiers de Paris qui, par une embouchure de deux centimètres de diamètre, lancèrent un jet d’eau sous une pression de deux atmosphères. On arrêta net l’incendie de ce côté ; il n’y eut que la toiture détruite.

Dès que les malades furent mis à l’abri, on sauva tout ce que l’on put : literie, matériel, objets d’art, tableaux des deux grandes salles du bâtiment d’honneur, (anciens appartements des Supérieurs bénédictins, actuellement appartements de la Directrice), les tableaux du réfectoire des infirmières dans le cloître, la table de Jean Godart, le beau cartel Louis XV et son socle, etc…  etc…

Le Musée lapidaire n’a subi aucun dégât, ainsi que le cloître proprement dit.

On sauva la comptabilité de l’Administration de cet Hospice dès le début.

A 11h.1/2 du soir, l’incendie était maîtrisé.

En définitive, sont totalement anéantis les combles et greniers qui s’étendaient au-dessus de la lingerie, de la salle Museux, du dortoir des infirmières, du grand escalier, des salles Henrot et Landouzy et des salles Bienfait et Luton, ainsi que ces différentes salles et la chapelle ; le grand escalier monumental est brisé et calciné.

Le feu a épargné, au premier étage, la salle Doyen, adossée à Saint-Remi, et toutes les salles des malades du rez-de-chaussée, y compris les cuisines et le réfectoire du cloître. De même les deux pavillons des deux côtés de la cour d’honneur, qui renferment l’infirmerie et la salle Mansuy.

Avant de quitter ces lieux désolés, je parcourus une dernière fois les ruines fumantes et ruisselantes de l’eau déversée par les pompes à incendie.

Voici les deux salles, vides de leurs meubles, du grand bâtiment en façade, occupées naguère par les Abbés du monastère de Saint-Remi, les belles boiseries du XVIIIe siècle sont indemnes, ainsi que le grand trumeau qui surmonte la cheminée du salon de réception, représentant le Cardinal de Lorraine. Dans le réfectoire des infirmières, l’une des tables n’est pas encore desservie ; au milieu de celle-ci, se trouve encore une jardinière ornée de fleurs.

La table de Jean Godart, faite d’une branche du chêne de saint Basle portée à force de bras dans le musée lapidaire, voisine avec le tombeau de Jovin et la Sainte Face du Christ, de Saint-Nicaise, si curieuse, dont le regard obsédant vous suit de quelque côté que vous le contempliez.

De la chapelle, plus rien que des cendres et poutres fumantes. La lingerie et la salle Museux semblent immenses à ciel ouvert. Dans les autres salles, ce ne sont que fers de lit tordus, brisés, linges et matelas à demi consumés, amas de bois finissant de brûler.

C’en est fait de l’ancien Hôtel-Dieu de Reims.

Singulières vicissitudes par lesquelles aura passé cette antique abbaye de Saint-Remi qui, à travers les temps, semble avoir été condamnée à être la proie des flammes.

C’est d’abord en 1098, époque à laquelle elle est aussitôt reconstruite par Guy de la Trémoille, retour de Terre-Sainte, où il était allé secourir Godefroy de Bouillon ; puis en 1551, du fait des gens de Henri II qui y logeaient. Le roi, qui était à Reims, crut devoir réparer le dommage et donna 24 000 livres pour y remédier.

Ce couvent est ensuite rebâti vers 1657, peu de temps après l’arrivée de la Congrégation de Saint-Maur qui y fit revivre la réforme et où la nouvelle règle fut observée jusqu’à la Révolution. Cependant, toutes ces constructions ne devaient pas avoir une longue existence. Dans la nuit du 15 au 16 janvier 1774, le feu s’y déclara. Tandis que les uns luttent contre le fléau ou sauvent de l’église proche, dont l’aile septentrionale est déjà attaquée, la sainte ampoule, la châsse et le bâton de saint Remi, les autres pillent, volent et jettent par les fenêtres de la bibliothèque les manuscrits qu’ils disputent à la flamme, les milliers de volumes que les Bénédictins avaient réunis à grand frais. Sur 800 à 900 manuscrits et 25.000 volumes, dit Tarbé, on ne retrouva que 11.898 volumes et 245 manuscrits.

Duroche, architecte du roi, réédifia les bâtiments du monastère ; on venait de les achever quand la Révolution éclata. Ceux-ci, abandonnés par les moines, devinrent magasin militaire, caserne, ambulance. Ce ne fut qu’en janvier 1827, que l’Hôtel-Dieu, de la place du Parvis, y fut transféré et y demeura jusqu’à nos jours. Mais, fatale destinée ! l’œuvre de Duroche et celle de Blondel, qui avaient échappé à la tourmente révolutionnaire, devaient être, hélas ! incendiées et détruites par les Huns du XXe siècle.

Sic transeunt res mundi ! Ainsi passent les choses de ce monde !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Lundi 14 août – Après le bombardement d’hier soir, nuit tranquille. Nous voyons les lueurs et la fumée de l’incendie de l’Hôtel-Dieu. Il se continue toute la nuit. Un tué, un blessé. Visite au Fourneau rue Féry, à l’Hôtel-Dieu, à l’Économe qui nous fait voir les débris et les dégâts de l’incendie. M. Dage dîne avec nous. Visite à S. Marcou où l’on amène les malades de l’Hôtel-Dieu (les soldats ont aidé à combattre le feu et au sauvetage des malades). Je suis accompagné de M. Maitrehut ; reçu par Madame… Rencontre là Monsieur et Madame de Tassigny de La Neuvillette qui me disent toute sorte de bien de M. Nicol, leur Curé.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Neuvilette


Lundi 14 août

Après une série de combats préparatoires, au nord de la Somme, nos troupes sont passées à l’attaque de la troisième position allemande, qui s’étendait depuis l’est d’Hardécourt jusqu’à la Somme, à hauteur de Buscourt. Sur ce front de 6 kilomètres et demi, notre infanterie a enlevé toutes les tranchées et les ouvrages fortement organisés par l’ennemi sur une profondeur de 600 à 1000 mètres.
Nous avons pénétré dans le village de Maurepas, dont la partie sud et le cimetière sont en notre pouvoir. Nous avons porté nos lignes sur les pentes sud de la cote 109 et sur la croupe à l’ouest de Cléry. Dès à présent 1000 prisonniers valides sont dénombrés: nous avons, en outre, capturé 50 mitrailleuses.
Toutes les contre-attaques ennemies ont été brisées.
Sur le Carso, les Italiens ont dépassé le Vallone et occupé Oppachiasella. Ils ont pris 270 hommes et 3 canons.
Autour de Goritz, les Autrichiens, renforcés, résistent à l’est de la ville en se servant de leur grosse artillerie. Les alpins italiens ont conquis une nouvelle position sur la Tofana, dans les Dolomites.
Les aviateurs anglais ont bombardé les hangars de zeppelins de Bruxelles, les voies ferrées de Mons et de Namur, les gares de Busigny et de Courtray.
Les Russes sont entrés dans Stanislau et ont progressé sur le Sereth. Du 5 au 10, ils ont fait 13000 prisonniers dans ce secteur, la seule journée du 10 en ayant donné 5000. Près de Monasteritza, leur butin a été de 2500 hommes; il a été de 1000 sur la Zlota-Lipa.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button