Louis Guédet

Vendredi 7 juillet 1916

664ème et 662ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Temps lourd, orageux, ondées de pluies battantes, vers 4h à 8h du matin en trombe. Pas un coup de canon. Ce matin audiences civiles, conciliations, accidents du travail, fini à 11h1/2. Cet après-midi poussé jusqu’au faubourg de Laon et rentré vers 4h du soir. Causé en route avec le contremaitre du tramway qui, là où le boulevard Louis Roederer devient la rue Chaix d’Est-Ange, surveillait le chargement des voitures des tramways sur des trucks pour les expédier à Dormans. Tout le monde déménage !!! même les tramways !! Voilà ma journée. Il pleut à torrent en ce moment ! J’ai l’âme attristée et le cœur glacé.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 7 – Nuit tranquille ; journée silencieuse. Visite d’un vicaire de la Madeleine d’Angers.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 7 juillet

L’ennemi a tenté de réagir contre notre offensive sur les deux rives de la Somme. Il a été partout repoussé avec des pertes très sensibles. Deux compagnies prises en enfilade par nos mitrailleuses dans un boyau au nord-ouest de Berny, ont été anéanties. Le nombre des canons capturés par nous est de 76, les mitrailleuses prises sont plusieurs centaines.
Sur la rive gauche de la Meuse, activité soutenue des deux artilleries dans le secteur de Chattancourt.
Sur la rive droite, l’ennemi a bombardé violemment le bois Fumin, la batterie de Damloup et la Laufée; au nord de Lamorville, nous avons fait sauter un dépôt de munitions allemand.
En Alsace, dans la région de Brunhaupt, un de nos détachements a pénétré dans la tranchée allemande, qu’il a trouvée pleine de cadavres.
Les Anglais ont progressé près de Thiepval et effectué des raids heureux au sud du canal de la Bassée, et près d’Hulluch.
Les Russes ont fait 5500 prisonniers sur le Styr. Ils ont pénétré près de Riga dans les premières tranchées de Hindenburg, repoussé en Galicie, les Autrichiens au sud du Dniester, et coupé la voie ferrée qui va de Delatyn en Hongrie par les Carpates.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


chattencourt

Share Button