Louis Guédet

Mercredi 5 juillet 1916

662ème et 660ème jours de bataille et de bombardement

6h1/4 soir  Temps gris froid le matin, pluie diluvienne jusqu’à 2h et temps clair mais lourd et orageux. Ce matin Caisse d’Épargne et Allocations militaires. Trouvé un homme pour les foins de mon Père. Très bons renseignements sur lui. Obtenu son laissez-passer, suspendu son allocation chômage jusqu’à son retour, il partira vendredi. Cet après-midi fait quelques courses après mon courrier. On dit que demain on doit déclencher une attaque vers La Pompelle, Prunay. Gare les éclaboussures et les représailles (?) !!

Dimanche denier le faubourg de Laon a reçu plus de 500 obus ! On tirait sur nos batteries assez maladroitement établies par notre État-major, de la place qui est pleine de lumières, dans les cours mêmes des maisons des rues extérieures du la Ville. M. Charlier, notre chef de service des allocations militaires, a reçu pour son compte 2 bombes qui lui ont démoli à moitié sa maison rue de Courcy, 52 (rue Roger-Salengro depuis 1946).

Voilà encore une journée passée, toujours le cœur serré et de souffrances morales.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cadinal Luçon

Mercredi 5 – Pluie toute la journée. Pas dit messe. Nuit et journée tranquilles.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 5 juillet

Au sud de la Somme, malgré le mauvais temps, nous avons étendu au cours de la journée nos positions vers le sud et vers l’est. Nous avons pris les bois entre Assevillers et Barleux, ainsi que le village de Belloy-en-Santerre. Estrées est également tombé presque totalement en notre pouvoir. Nous y avons fait 500 prisonniers.
Canonnade sur la rive gauche de la Meuse, dans la région d’Avocourt et de la cote 304.
Sur la rive droite, les Allemands ont dirigé toute une série d’attaques sur l’ouvrage de Thiaumont qu’ils ont fini par réoccuper. Nos troupes demeurent aux abords immédiats de l’ouvrage. Nous avons réalisé des progrès aux lisières sud-est du bois Fumin.
Nous avons repoussé une attaque près d’Aspach, en Haute-Alsace.
Les Anglais ont cédé un peu de terrain au nord de la Somme, près de la Boisselle, mais ils en ont gagné à peu de distance de là.
Les Russes ont capturé 50 officiers allemands, 2700 hommes et 11 canons près de Baranovitchi.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


belloy-en-senserre

Share Button