Cardinal Luçon

Mercredi 12 – Nuit tranquille, sauf quelques rafales violentes à rares intervalles. + 5°. A 9 h. 1/2 bombes sifflent. Visite caves Pommery empê­chée par bombardement sur batteries.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 12 avril

Au nord de l’Aisne, notre artillerie a pris sous son feu une forte colonne allemande qui se déplaçait sur le chemin des Dunes. L’ennemi a subi des pertes sérieuses.
Activité de notre artillerie en Argonne.
A l’ouest de la Meuse, bombardement assez intense sur le front le Mort-Homme-Cumières. Pas d’action d’infanterie.
A l’est après une violente préparation d’artillerie, complétée par un envoi intensif d’obus lacrymogènes, les Allemands ont lancé une forte attaque sur nos tranchées entre Douaumont et Vaux. L’ennemi qui avait pris pied dans quelques éléments avancés de nos lignes en a été rejeté peu après par une contre-attaque de nos troupes, au cours de laquelle une centaine d’Allemands valides, dont un officier, ont été capturés.
Lutte d’artillerie en Woëvre ( Moulainville, Ronvaux et Châtillon).
Au nord-est de Saint-Mihiel, nos pièces à longue portée ont canonné avec succès un train arrêté au nord de la gare d’Heudicourt.
Une de nos ascadrilles de bombardement a lancé en deux fois, 48 obus sur les gares de Nantillois et de Brieulles.
M. Asquith a prononçé un vibrant discours en réponse à celui du chancelier allemand.
Activité intense d’artillerie sur tout le front italien

089_001

 

 

 

Share Button