Paul Hess

Bombardement serré vers Saint-Benoît et les casernes Neufchâtel

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos 1998 – TAR volume 173

067_001


 

Cardinal Luçon

Mercredi 2 – Sacre de Mgr Landrieux dans sa Cathédrale. Toast au diner.

Visite au Carmel de Reims, réfugié au Carmel de Dijon. Allocution.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims –

 

Mercredi 2 février

Lutte d’artillerie assez vive en Artois, an sud de la cote 119. Au nord-est d’Arras (route de Saint-Nicolas à Saint-Laurent), un détachement ennemi a tenté une attaque, qui a été arrêtée à coups de grenades. Au sud de Thélus (route de Lille), nous avons effectué sur les positions ennemies un bombardement qui a provoqué un incendie suivi d’explosions.
Entre Avre et Oise, nous avons bombardé les tranchées ennemies de Beuvraignes et de Fresnières, et canonné des convois vers Lassigny.
Action d’artillerie sur les ouvrages adverses de Beaulne et de la ferme du Choléra (nord de l’Aisne) ainsi qu’à l’est de Saint-Dié (région de la Faye).
Sur le front belge, lutte d’artillerie au sud de Dixmude.
Une escadrille de zeppelins a survolé l’est, le nord-est et le centre de l’Angleterre, faisant 54 morts et 67 blessés.
La presse allemande est unanime à glorifier le raid qui a été effectué sur Paris et à invectiver les neutres qui le critiquent.
Les Russes poursuivent leur marche au sud du Caucase, descendant dans les régions moyennes et moins froides de l’Arménie turque.
L’armée égyptienne a été mobilisée en prévisions d’une attaque improbable désormais du canal de Suez.
Les Bulgares qui opéraient en Albanie ont suspendu leur marche.

 

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button