Nuit tranquille sauf quelques coups de canon. L’abbé Brouet meurt à Paris. Visite avec M. Camu à Saint-Remi, à M. le Doyen, à la sœur du Fourneau. Remise de vêtements pour distribution.

Visite au Sœurs (et Vieillards) de Rœderer, à M. Remi.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims

6 – samedi – Beau temps comme hier. Il paraitrait que les Allemands auraient bombardé la gare et le village de Bezannes (mais on lit) : Dans la soirée bombardement du 4e Canton. Nuit assez calme.

Carnet d'Eugène Chausson durant la guerre de 1914-1918

Voir ce beau carnet sur le site de sa petite-fille Marie-Lise Rochoy

Gare de Bezannes

Gare de Bezannes

Samedi 6 février

Succès de notre artillerie au sud d’Arras, au nord-est d’Albert, au nord-ouest de Péronne et à Bailly au sud de Noyon. Elle fait également des tirs très efficaces dans toute la vallée de l’Aisne; nous avons progressé en Champagne au nord de Beauséjour et repoussé une attaque allemande au nord de Massiges. Attaqués à Bagatelle, nous avons contre-attaqué et poussé nos lignes légèrement en avant. Enfin une offensive allemande a été brisée au sud d’Altkirch.
La lutte est de plus en plus acharnée sur le front de Bolimow, en Pologne, entre Russes et Allemands. Hindenburg y a entassé ses divisions sur une ligne large de quelques kilomètres pour essayer de percer une trouée, mais il n’a abouti qu’à infliger à sa propre armée des pertes de plus en plus lourdes.
Deux bâtiments de guerre français, le Requin et le d’Entrecasteaux ont participé utilement à la défense du canal de Suez contre les Turcs.
La presse des pays neutres, et surtout la presse américaine commente avec indignation la nouvelle déclaration allemande qui tend à créer le blocus autour de l’Angleterre et menace de torpillage non seulement les bâtiments marchands des belligérants, mais aussi ceux des neutres.
Le gouvernement anglais a demandé à la Chambre des communes l’autorisation de porter à trois millions d’hommes l’effectif de l’armée.
L’Autriche-Hongrie a publié un livre rouge sur les préliminaires de la crise. Ce document n’ajoute rien à ce que l’on savait déjà.
Une note officieuse anglaise dit que l’attitude et les dispositions de la Roumanie n’ont pas changé.

 

Share Button