Bombardement au cours de la nuit. Nous devons nous relever deux fois, car les obus tombent de nouveau dans le quartier du Jard. Vers 1 h du matin, il en arrive un entre autres, qui éclate en face, à peu de distance de notre domicile actuel et le bruit sinistre, que nous connaissons bien, d’une maison qui s’est aussitôt effondrée, nous a mis en émoi.

Sur le matin, nous regagnons les chambres fatigués et, après nous être recouchés pour la seconde fois, nous commençons à sommeiller quand nous sommes encore réveillés par le cris : Au feu ! Il est environ 5 h. Des obus incendiaires ont explosé dans le chantier de bois Dravigny, au coin de la rue du Jard et de la chaussée du Port. Les pompiers occupés à la ferme Demaison, rue de Beine, en feu également et à la maison de commerce de tissus Duval, Hayem & Cie, rue d’Anjou (anciennement maison Soussillon) qui commence aussi à brûler, ne peuvent venir qu’à 6 h 1/2 ; heureusement, ils doivent tout de même combattre le foyer qui s’est bien développé.

Le bombardement a fait encore des victimes. un ouvrier tournant à bras la machine pour l’impression du journal L’Éclaireur, a été tué, paraît-il pendant son travail.

– Après toutes ces longues journées d’angoisses et cette terrible nuit, ma femme consent à me laisser demander un laissez-passer devant lui permettre de quitter Reims et de se diriger avec les enfants à Épernay, où nous avons des parents. Dès mon arrivée à l’hôtel de ville, je fais aussitôt le nécessaire auprès de M. Bochard, faisant fonctions de secrétaire du commissaire central.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Samedi 28 – Bombes la nuit, jusqu’à 5 h. Visite à la Cathédrale. Traces d’obus. Chute de l’enduit de plâtre en plusieurs -2- endroits. Éclats d’obus sur l’autel Saint-Nicaise, datant de quelques jours.

A 2 h, Absoute aux victimes du jeudi 16 + trois mortes des suites de leurs blessures, à S. Marcoul. Nuit très tranquille.

 Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims

28 – Samedi – Matinée calme à part quelques coups de canon des nôtres. C’est tout jusqu’à midi. Après-midi et nuit dans le calme absolu, on a pu dormir tranquille !

Carnet d'Eugène Chausson durant la guerre de 1914-1918

Voir ce beau carnet visible sur le site de petite-fille Marie-Lise Rochoy

Rue de Belfort, Henri Barbusse - Collection Gallica-BNF

Rue de Belfort, Henri Barbusse – Collection Gallica-BNF

Share Button