Nuit mouvementée ; il a fallu se relever. Des obus sont tombés autour de la cathédrale.

En me dirigeant, le matin, vers le quartier Saint-André, je vois, en débouchant de la rue des Élus, un véritable sauve-qui-peut sur la place des Marchés, où il y a beaucoup de monde, aujourd’hui mercredi ; il est 8 h 20, un obus vient d’éclater rue Pluche.

– Bombardement toute la journée. Vers midi 1/2, un projectile explose à l’imprimerie coopérative.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos
La place des marchés, actuelle place du Forum

La place des marchés, actuelle place du Forum

Mercredi 11 – Toute la matinée, bombardements intermittents, mais fréquents. 1 heure, reprise du bombardement, bombes très rapprochées. Une d’elles tombée chez M. Amouroux, dans notre jardin et, de là dans la maison ; elle était incendiaire (1). L’ébranlement de l’air a brisé les fenêtres de M. Compant, qui demeurait au-dessus de la salle à manger (2 carreaux de la fenêtre la plus rapprochée de la maison voisine), une fenêtre de la cave à la porte sous ma fenêtre, et enfin un verre de la fenêtre de mon bureau, près de ma table de travail, dans l’angle de la maison et de la maison Milton.

Visite de M. Desgranges ; d’un prêtre de Lille.

9 h du soir, bombes ; presque toute la nuit, mais lointaines, à 4 h du matin du 12.

Lettre du Pape dans La Croix du mercredi 11.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims

Un lent bombardement répartissant des obus un peu partout a sévi toute la journée ; c’est entre 12H1/2 et 13H1/2 seulement qu’il nous a forcés à abréger le déjeuner pour nous garer de ses effets.

Beaucoup d’éclats sont tombés devant le 23, provenant des projectiles qu’ont reçus les immeubles des docteurs Simon et Lelièvre.

À 13H45 : lettre de J. D. (9 9bre) donnant des détails sur l’organisation de la vie de famille d’Épernay ; pas pour nous d’aller leur tenir compagnie.

Honorine veut aussi rester avec elles.

Ce n’est pourtant qu’à 23H que je leur donne le bonsoir définitif, car à partir de 21H il avait fallu à nouveau se mettre à l’abri.

La tempête fait rage ; on ne peut s’empêcher de songer que si des bombes incendiaires nous étaient lancées le feu se propagerait avec une rapidité et une intensité qui rendraient tout secours illusoire. Avec cette hantise, dormez si vous pouvez.

Paul Dupuy - Document familial issu de la famille Dupuis-Pérardel-Lescaillon. Marie-Thérèse Pérardel, femme d'André Pérardel, est la fille de Paul Dupuis. Ce témoignage concerne la période du 1er septembre au 21 novembre 1914.

Source : site de la Ville de Reims, archives municipales et communautaires

Share Button