Abbé Rémi Thinot

21 SEPTEMBRE : J’ai dit ma messe ce matin au Grand Séminaire. Je ne suis pas très reposé encore ; du reste, le canon a tonné toute la nuit. Hier soir, J’ai donné le dîner à 3 soldats du 71eme qui, cachés trois Jours dans le grenier d’une ferme au-dessus de Bétheny, au milieu d’allemands qui allaient, venaient, avaient réussi à s’échapper.

Rencontré le P. Etienne chez moi, ce matin, pour déjeuner. Il n’avait pas perdu la clef de sa maison, mais « la maison de sa clef » me dit-il. En effet, sa chapelle, son chez lui, avec tous ses papiers (35 ans de vie de travail !) la flamme avait tout dévoré.« La pilule a été dure à avaler », me dit-il, « mais elle y est » 11 n’y faut pas trop penser tout de même, car sans cela ! »

Des hauteurs de la Haubette, le P. Etienne a suivi le drame de la cathédrale. Il a vu tomber une bombe sur le toit côté nord, pendant que les échafaudages brûlaient. Les monstres ont donc tire en plein sur le vaisseau alors que le feu le dévorait déjà ! Sauvages !

A un instant donné, la cathédrale paraissait surmontée d’une immense charpente petite en rouge et non couverte… Et tous ceux que J’ai rencontrés aujourd’hui essaient de dire quel spectacle cruellement grandiose ça à été que cet incendie de la cathédrale pour ceux qui l’observaient.

Je suis monté dans la cathédrale avec des correspondants du « Daily Mail », du « Daily Chronicle » et deux américains, dont M. Richard Harding Davis. Ils m’ont passé le numéro du « Journal » d’aujourd’hui. C’est un mondial tollé qui s’élève dans le monde contre l’abominable race qui a osé perpétrer ce crime ; brûler la cathédrale de Reims !

A propos des blessés, je n’ai pas du noter que de la coopérative, on les avait fait passer dans la cour du musée, d’où on les a fait prendre le lendemain un à un pour une destination que j’ignore encore. Je sais seulement que quelques-uns ont été tués, l’effroi qui les agitait de­vant une foule ardente d’hostilité ayant donné à croire qu’ils voulaient fuir. Dans la cathédrale, trois seulement ont été brûlés, dont un déjà sur le brancard qui le devait transporter. Mais, dans le chantier, dont la porte leur était ouverte, dix au moins ont été brûlés. Les outils des ouvriers, le bureau des architectes ont été plus ou moins atteints par les flammes après l’avoir été par les obus.

Je crois aussi que des énergumènes sont venus en brûler au moins deux. Et c’est regrettable à tous points de vue ; la populace est vraiment basse d’instinct.

Je reviens à la cathédrale. Chose curieuse, les bourdons n’ont été atteints en rien ; les poutraisons, les abats-son de la tour flambée n’ont pas été atteints.

Mais les cloches… fondues pour la plupart ! Je n’aurais jamais cru qu’un tel degré de chaleur put être réalisé !

Je comprends que les pierres soient calcinées à ce point… Et c’est ce qui m’effraie le plus quand j’envisage l’hypothèse d’une restauration ; toutes les pierres du pourtour réduites en charpie, fendillées. Les voûtes, alors ? Combien leur force de résistance va-t-elle s’en trouver diminuée ?

Jadart, rencontré à midi, disait avec ardeur qu’il fallait nourrir en soi et répandre autour de soi des paroles de confiance et d’espérance. Nous nous rêverons ! Il faut s’occuper de suite de faire couvrir les voûtes pour que l’eau ne les détériore pas ; elles sont plus délicates, calcinées, et surtout pour que l’hiver n’exerce pas sur elles son action néfaste.

Ainsi St. Nicaise exhortait son peuple à la confiance quand les Barbares le massacrèrent… Le gros œuvre est intact ; bien des choses sont conservées ; il ne faut pas se décourager.

Extraits des notes de guerre de l’Abbé Rémi THINOT

 Paul Hess

Dans le courant de la matinée, je me rends à l’hôtel de ville, afin d’informer le maire, président-né du conseil d’administration du mont-de-piété, du désastre qui a anéanti cet établissement. M. le Dr Langlet est dans son cabinet ; il me reçoit immédiatement, en présence de M. Lenoir, député, qui déjà, s’entretient avec lui des tristesses qui se sont abattues sur notre ville. En peu de mots, je mets M. le maire au courant de l’étendue du sinistre, concernant l’administration. Il me pose quelques questions d’un air accablé je me rends compte combien sa charge doit être lourde actuellement – et je me retire, après lui avoir déclaré, lorsqu’il m’a tendu la main, que je me tiens à sa disposition, puis je rentre préparer le rapport que je désire remettre au plus tôt à l’administrateur de service, à la suite de cette démarche que j’estimais urgente et que je tenais à faire au préalable.

Paul Hess dans La Vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918
Le Mont-de-Piété (autochrome de Paul Castelnau, mars 1917)

Le Mont-de-Piété (autochrome de Paul Castelnau, mars 1917)

Gaston Dorigny

La matinée se passe dans un calme relatif. Nous en profitons pour enter chez mon père.

Vers quatre heures du soir, la canonnade recommence, quelques obus tombent encore sur la ville puis la nuit ramène le silence.

Gaston Dorigny

Mardi 21 septembre

Grande activité sur l’ensemble du front. En Artois, nos batteries ont exécuté des tirs nourris sur les organisations allemandes. L’ennemi a riposté en bombardant les faubourgs d’Arras avec des obus de gros calibre.
Guerre de mines entre Fay et Dompierre, au sud-ouest de Péronne. Lutte de bombes autour de Roye. Tir utile de nos batteries en Champagne; l’ennemi, de son côté, bombarde nos cantonnements. Au nord de Perthes, un dépot de munitions a fait explosion dans ses lignes.
Entre Aisne et Argonne, la canonnade s’est ralentie. En Argonne orientale, à la cote 285, l’ennemi a fait sauter une mine à proximité de nos tranchées.
En Woevre et en Lorraine, nous avons pu contrôler les résultats de notre tir. Une colonne d’infanterie allemande et son train ont été dispersés au pied des côtes de Meuse. Les ouvrages ennemis ont été gravement endommagés dans la région de Calonne et près de Flirey. Notre artillerie a atteint la gare de Thiaucourt et a détruit, d’autre part, un morceau de la ligne Metz-Château-Salins.
Les journaux anglais annoncent la prise de Wilna par les Allemands, mais l’armée russe, dans le secteur sud du front oriental, poursuit ses succès.
Les Italiens ont réussi à occuper un bois important sur le Carso.
L’opposition bulgare réclame la convocation de la Chambre.

 

Share Button