Paul Hess

Le 1 août, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie. La France étant liée, en vertu des traités, décrète la mobilisation générale de son armée le même jour ; la veille, 31 juillet, le Ministre de la Guerre (Messimy) avait lancé l’ordre de mise en place des troupes de couverture qui ne devaient, sous aucun prétexte, s’approcher à plus de 10 kilomètres de la frontière allemande.

Paul Hess dans La Vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918

  Gaston Dorigny

En allant au travail j’apprends que diverses personnes ont reçu leur ordre de mobilisation. Je refuse de le croire. Mais arrivé au bureau je suis obligé de me rendre à l’évidence car tous mes collègues, l’un après l’autre, reçoivent leur convocation.

La journée se passe dans l’angoisse, enfin à 6 heures du soir on affiche l’ordre de mobilisation générale.

Source : Gaston Dorigny

 

Cartes postales montrant le départ pour la guerre au lendemain de l'ordre de mobilisation, respectivement vu du côté Français et du côté Allemand.

Cartes postales montrant le départ pour la guerre au lendemain de l’ordre de mobilisation, respectivement vu du côté Français et du côté Allemand.

ob_32bab6_007

Dimanche 1er août

Des avions allemands ont bombardé Saint-Pol-sur-Mer, où ils n’ont d’ailleurs commis aucun dégât, et Gravelines, ou un enfant a été tué. Fusillade et canonnade en Artois, autour de Souchez et du Labyrinthe. Une explosion d’une mine a été suivie d’une lutte assez vive, en Argonne, au carrefour de la route Servon-Bagatelle et du Layon de Binarville.
Des bombes ont été lancées sur Nancy, ne faisant que des dégâts insignifiants. Un appareil allemand a dû atterrir, mais les aviateurs ont pu s’échapper. Le col de la Schlucht a été encore une fois bombardé.
Les critiques militaires français, anglais, russes et italiens approuvent le plan tactique adopté par le grand-duc Nicolas et qui consiste à évacuer le saillant de Pologne ( Varsovie, Ivangorod et Novo-Georgievsk).
Des combats d’avant-garde ont eu lieu, au front oriental, entre Niémen et Drina. Les Allemands ont réitéré vainement leurs attaques près de Suwalki. Ils se sont rapprochés de la forteresse de Kovno; duel d’artillerie sur la Narew, où les Russes ont obtenu quelques succès. Les Allemands ont attaqué par grandes masses sur les deux rives de la Wieprz, entre Vistule et Bug, mais ont été rejetés presque partout.
Sur le Bug près de Sokal, les Russes ont capturé un millier d’hommes et quatre mitrailleuses.
Sur le front austro-italien, petits combats favorables aux Italiens sur la rive occidentale du lac de Garde. En Cadore ( vallée du Boito ), les Autrichiens ont été défaits dans leurs diverses tentatives. Ils ont été battus également dans le val de San Pellegrino; dans le Carso, les Italiens ont enlevé plusieurs éléments de tranchées. Ils ont capturé quatre officiers et cent-vingt soldats à l’ennemi, tout près de Gradisca.
Share Button