Louis Guédet

Samedi 16 juin 1917

1008ème et 1006ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 matin  Bataille toute la nuit, obus sifflant vers Courlancy. Nuit agitée, mal reposé. Chaleur toujours torride. Vu à la Poste M. Beauvais qui, la bouche en cœur, m’a annoncé que demain à 1h1/2 Léon Bourgeois, avec d’autres sénateurs ou députés, venait pour le décorer avec Charbonneaux, de Bruignac, Dramas et le Cardinal Luçon ! Je l’ai félicité…  mais je n’ai pu m’empêcher de lui faire la remarque qu’on faisait une crasse au Dr Harman, qui comme Geoffroy ont vu leurs noms mis en vedette dans les journaux bien maladroitement ! Il me disait qu’il était question de faire bientôt une nouvelle liste de citations et ensuite de décorations. Je lui ai répondu qu’on ferait bien de le faire vite, et exécuter encore plus vite, car c’était ridicule de faire traîner ces décorations à l’infini. On l’a mérité sous les obus, qu’on la donne donc vite sous les bombes. Puis j’ai glissé, car je ne voulais pas qu’il me fit une allusion quelconque à ce sujet.

Car comme je le disais au Père Desbuquois avec qui je viens de passer 2h à causer, je préfèrerais avoir ma citation et ma décoration du Ministère de la Justice, comme seul juge de Reims décoré, ce serait très clair et en même temps une révérence ironique à nos politiciens, à qui je pourrais faire sentir que je ne leur doit rien, tout en ayant rendu service à leurs électeurs. Le R.P. Desbuquois sent bien les rancunes et les haines que j’accumule, et il me disait que cette décoration s’imposait pour moi, bien que ne l’ayant pas cherchée ni sollicitée. J’en aurais certainement besoin pour survoler tous les aboyeurs qui hurleront après moi après la Guerre… Je suis de cet avis maintenant, autant ce ruban m’était indifférent il y a quelques mois, autant je sens maintenant qu’il m’est nécessaire. Le Bon Père Desbuquois rayonnait à la pensée que je sois le seul proposé par le Ministère de la Justice pour la Ville de Reims. Il disait : « Ce serait parfait, élégant, délicat !!… » Ses yeux pétillaient en disant cela. Enfin je n’ai qu’à attendre. Et puis, avec ma guigne habituelle, cela viendra-t-il jamais ?… !…

Reçu lettre de Robert qui pense avoir sa permission dans 2 ou 3 jours. Je me tiens donc prêt à toute éventualité… Je serais heureux de revoir cet enfant, mais ce sera aussi bien triste pour moi, je serais si heureux pour ces petits et pour ma femme de leur apporter un jour ce ruban…  largement et durement gagné. Ce serait un honneur pour eux, et une belle réponse à tous ceux qui m’ont fait du mal.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

16 juin 1917 – Nuit très mouvementée. Bombardement sans arrêt, qui dure encore toute la matinée.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Samedi 16 – + 18°. Nuit agitée à l’est de Reims et aux environs immé­diats ou dans la périphérie. Visite de MM. Charbonneaux et de Bruignac, au sujet de leur Décoration fixée au 17 : entente sur le rôle de chacun. Matinée, bombes loin de nous. De 1 h. à 2 h. item. A 10 h. matin, béni l’étendard du 8e de Cuirassiers, 3e bataillon 26, présenté par le Lieutenant de France et le Père Pfliger. Nuit assez agitée autour de Reims. Trois incen­dies rue Croix Saint-Marc.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 16 juin

La journée a été calme sur notre front, sauf dans le secteur Hurtebise-Craonne où les deux artilleries continuent à se montrer actives.

Sur le front belge, lutte d’artillerie assez intense vers Schilderbrug et Steenstraete-Hetsas. Les aviateurs belges ont abattu deux appareils ennemis qui sont tombés dans les lignes adverses. Ce matin, un troisième avion allemand a été descendu en flammes vers Keyem. Les troupes britanniques ont attaqué au sud et à l’est de Messines et sur les deux rives du canal Ypres-Commines. La résistance de l’ennemi a été rapidement brisée et nos alliés ont atteint tous leurs objectifs sur ces deux points. Plus de 150 prisonniers, un obusier et 7 mitrailleuses sont restés entre leurs mains.

Des opérations qui font suite à la pression continue exercée par leurs troupes depuis le 7 juin leur assurent la possession des tranchées de première ligne allemande entre la Lys et la Warnave et avancent la ligne anglaise de 500 à 1000 mètres sur tout le front d’environ 11 kilomètres entre la Warnave et Klein-Zillebeke.

Un coup de main a été exécuté avec succès près de Lens.

Trois raids des Bulgares sur les positions anglaises, dans la région du lac Doiran, en Macédoine, ont été repoussés.

Canonnade sur la rive droite du Vardar et dans la boucle de la Cerna.

Les aviateurs britanniques ont bombardé la gare de Porna.

En Thessalie, nous avons occupé la voie Volo-Trikala.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button