Paul Hess

6 novembre 1916 – La pièce remplaçant la Grosse Julie a tonné au cours de l’après-midi. Peu après les sifflements se sont fait entendre et des obus sont tombés assez nombreux vers le Barbâtre.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

569_001

Cardinal Luçon

Lundi 6 – Nuit tranquille. + 10°. 10 h. 1/2 visite à M. Compant. A M. le Curé de Sainte-Clotilde pour renseignements. Au Fourneau des Moulins Brûlés. A la maison démolie samedi par les obus, parlé du sinistre, aux gens de l’établissement Goulet-Turpin d’en face. 2 h. canon français ; 1 obus allemand siffle ; violent et long bombardement.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 6 novembre

Au nord de la Somme, nos troupes ont mené avec succès plusieurs attaques au cours de la journée et réalisé depuis la région au sud du Transloy jusqu’au sud du bois Saint-Pierre-Vaast, une série d’avances appréciables. Entre Lesboeufs et Sailly-Saillisel, nous avons poussé nos lignes de plusieurs centaines de mètres dans la direction du Transloy. Nous avons conquis une grande partie de Saillisel. Au sud de ce village, nos troupes attaquant de trois côtés à la fois le bois de Saint-Pierre-Vaast, puissamment organisé par l’ennemi, ont marqué une avance sérieuse. Elles ont enlevé trois tranchées qui défendaient la corne nord de ce bois et toute la ligne des positions adverses à la lisière sud-ouest. La lutte a été acharnée. De violentes contre-attaques allemandes ont été repoussées. Nous avons fait 522 prisonniers dont 15 officiers. Sur la rive droite de la Meuse, nous avons occupé entièrement le village de Vaux. Les Roumains ont reculé dans la vallée de la Prahova, et avancé sur le Jiul. L’Allemagne et l’Autriche ont proclamé, en termes équivoques, l’autonomie de la Pologne russe occupée par elle et qui deviendrait un royaume.

Source : La guerre au jour le jour

Share Button