Louis Guédet

Lundi 3 juillet 1916

660ème et 658ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Du canon la nuit. Temps gris et pluvieux le matin, se levant un peu sur la fin de la journée. Pas un coup de canon de la journée. Journée insignifiante.

Pas de nouvelles des miens. Rencontré tout à l’heure Dupont-Nouvion, avocat, qui m’a annoncé d’un ton triomphant que la loi autorisant le Tribunal civil de Reims à se transporter à Épernay et à y siéger était paru à l’Officiel de samedi. Voilà donc un fait accompli, et nos braves ! ont eu gain de cause. Je vais donc rester seul ici pour représenter la justice !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 3 – Nuit agitée. Vers 2 h. du matin, violent combat d’artillerie. Midi, pluie. Pas dit messe, malade, sciatique.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 3 juillet

Dans une première phase des opérations, les Allemands ont contre-attaqué nos nouvelles positions, au nord de la Somme. Ils ont été repoussés. Nous avons enlevé Curlu, Frise, plusieurs autres points et entamé la seconde ligne ennemie, aux approches de Péronne, sur les deux rives de la Somme. Le nombre total des prisonniers faits par nous est de 6000 dont environ 150 officiers. Nous avons capturé également des canons et du matériel.
Les Anglais se sont emparés des villages de Montauban et de Mametz, qu’ils ont gardés en dépit des contre-attaques allemandes. Ils ont enlevé Fricourt. Ils ont fait 2500 prisonniers au cours des deux premières journées d’offensive. Ils ont opéré un certain nombre de reconnaissances heureuses dans leurs secteurs du Pas-de-Calais.
Nous avons fait un coup de main heureux sur les pentes est du Mort-Homme; nous avons repoussé toutes les attaques dirigées contre l’ouvrage de Thiaumont.
Nous avons bombardé par avions les gares de Longuyon, Dun, Amagne, Lucquy. Les Allemands ont tiré avec des pièces à longue portée dans les directions de Nancy et de Belfort. Leurs aéroplanes ont opéré sur Lunéville.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


peronne

Share Button