Louis Guédet

Jeudi 7 octobre 1915

390ème et 388ème jours de bataille et de bombardement

Midi  Toute la nuit bataille et canonnade furieuse. Un peu de ralentissement le matin, toutefois vers 9h le canon paraissait remonter vers le nord par rapport à Souain, Aubérive. Depuis une heure la canonnade est furieuse, formidable. C’est un roulement continu, toujours même direction. Le sol tremble et cela résonne dans ma chambre bureau où j’écris comme une batterie dans une grange. C’est une furieuse bataille en tout cas. Devant Reims le silence complet est d’autant plus impressionnant. On dirait que tout le monde écoute…  la tempête se rapprocher !!!!

6h1/2 soir Toute mon après-midi a été prise par mon audience de réquisitions militaires. J’y apprends beaucoup de choses et aussi… j’apprends à connaître bien des… mentalités de commerçants rémois !! Ceci est loin de remettre bien avec…  le…  Haut (??) Commerce !!…  rémois !! J’en savais déjà quelque chose, j’en avais déjà un avant-goût (rayé)…  espèce !! En tout cas ce n’est ni à leur Honneur ni à leur Gloire !! Ce sont bien les disciples de Mercure !!

Bref je suis rentré à 6h assez fatigué. M. Racine l’intendant est fort intelligent, et bien intéressant. J’aimerais à causer avec lui. Lui aussi a bien le sentiment de cette mentalité et moralité commerciale !!

Calme sur toute la ligne de feu, à part quelques obus, les obus quotidiens !! Ce sous- intendant paraissait satisfait de notre avance en Champagne, avance qui continuait. Il riait de bon cœur en me contant la fuite éperdue des châlonnais quand le Zeppelin bombarda (!!??) la ville !! C’était la peur intense. J’en sais quelque chose par ce que j’ai vu en août 1914 et en septembre octobre 1914 !!!  Leur petite peau a la chair de poule !! Pauvres chéris ! Tas de lâches !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Paul Hess

Le roulement ininterrompu des coups de canon fait supposer que les opérations sont reprises à l’est de Reims.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

 

Cardinal Luçon

Jeudi 7 – Nuit très bruyante au canon à l’est. Ce doit être la préparation ci-dessus indiquée. Très violente de 9 h. à 10 h.. Item dans la matinée, et continu. Vers 3 h. quelques bombes sur les batteries.

Visite à M. Abelé aux Caves, rue de la Justice.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Jeudi 7 octobre

Notre action en Champagne a abouti à de nouveaux et sérieux résultats.
Nos troupes d’infanterie, après une solide préparation d’artillerie, ont enlevé d’assaut le village de Tahure et atteint le sommet de la butte de ce nom qui formait point d’appui dans la seconde ligne de résistance ennemie.
Nous avons aussi progressé près de la ferme Navarin.
Le chiffre des prisonniers est d’un millier.
Combats d’artillerie en Artois (Givenchy), en Argonne (La Harazée), au bois Le Prêtre, en Lorraine (Leintrey, Reillon, Badonviller) et dans les Vosges (Metzeral).
Bombardement sur le front belge.
Les Russes ont remporté quelques avantages autour de Dwinsk. Les Allemands se retranchent devant cette place.
Le roi de Grèce a offert le pouvoir à M. Zaïmis, un ami de M. Venizélos.
Les ministres de la Quadruple Entente et le ministre serbe, jugeant la réponse de M. Radoslavof insuffisante, ont demandé le
urs passeports.

Source : la Grande Guerre au jour le jour


 

Jeudi 7 octobre 1915. Le roulement ininterrompu des coups de canon fait supposer que les opérations sont reprises à l'est de Reims.
Share Button