Louis Guédet

Vendredi 25 juin 1915

286ème et 284ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 matin  Nuit calme. Tempe sombre, un peu de pluie qui passera. Toujours le silence. Je vais à la messe de 7h à St Jacques et ensuite départ. Pourvu qu’il n’arrive rien à mes miens pendant mon absence. Et je n’ose espérer que quand je rentrerai ce sera pour la délivrance, la fin de mon martyre, et la prospérité pour les miens et moi. Je n’ose croire à pareil bonheur, surtout avec la dureté de mon Beau-père. Quel cœur sec !

Adieu Reims où j’ai tant souffert. C’est me plaire que je reste avec tous les espoirs et toutes les joies et qu’enfin l’avenir ne soit plus sombre pour moi et que je me vois vivre plus que bonheur pour tous mes aimés et un peu pour moi. Dieu nous protège !

Période suivante en Suisse (rien jusqu’au 14 juillet)

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Nuit et journée tranquilles. Visite à la Laiterie, au Patronage des Garçons, rue Brûlée, au Patronage des filles chez Madame Potoine, rue Chanzy, Madame Potoine et sa fille dont la classe ; aux heures de danger, les enfants descendent dans la cave.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Renée Muller

le 25 le lieut. MUGNIER vient vers 11 h. avec le lieut. de détail j’oublie de dire que pendant ce temps là se succèdent la cuisine du comm. et du serg. De COURCIVAL ainsi que celles des capitaines

Renée Muller dans Journal de guerre d'une jeune fille, 1914

Voir la suite sur le blog


Vendredi 25 juin

Canonnade dans le secteur au nord d’Arras, vers Souchez. Arras a été de nouveau bombardé par l’ennemi: des religieuses et des infirmières y ont été mortellement frappées. Bombardement de nos tranchées devant Dompierre, à l’ouest de Péronne: une attaque de l’ennemi, avec de faibles effectifs, est aussitôt enrayée. Les Allemands bombardent encore Berry-au-Bac et le village voisin de Sapigneul, où ils ne nous causent que des pertes insignifiantes.
Sur les Hauts-de-Meuse, à la tranchée de Calonne, nous nous maintenons dans une partie de la seconde ligne allemande.
En Lorraine, près de Leintrey, nous repoussons une violente contre-attaque.
Nous progressons à nouveau, malgré une vive canonnade, sur les lisières de Metzeral. Depuis le 14, nous avons fait, dans la vallée de la Fecht, plus de 700 prisonniers.
Les Russes ont quelque peu progressé en Lithuanie; ils ont repoussé les Allemands sur la Tanew et dans la région de Rawa-Rousska. Ils ont évacué Lemberg pour reformer un nouveau front, et fait 1000 prisonniers dans une boucle du Dniester.
Les Italiens ont brisé une nouvelle attaque autrichienne à Freikopel, dans les Alpes, à la frontière de Carinthie. Ils ont arrêté diverses tentatives ennemies dans la région d’Ampezzo.
Les milieux officiels allemands sont de plus en plus divisés en ce qui touche l’attitude à adopter vis-à-vis de l’Amérique.
Le croiseur anglais Roxbourg, torpillé, n’a subi qu’une légère avarie et a pu continuer sa route.

Share Button