Abbé Rémi Thinot

6 OCTOBRE – mardi –

Minuit 1/4 ; Je ne me couche pas. J’achevais, vers 11 heures 3/4 , de préparer un petit envoi à Abondance quand m’arrive le sifflement des bombes ; l’une tombe en avant, l’autre, à minuit tapant, promène son sifflement ondulé au-dessus de ma tête et va éclater rue de Vesle. A minuit ! horreur !

Je vais dormir un peu dans mon fauteuil, là, en bas.

6 heures du matin ; Je viens de remettre toutes mes commissions à F. Barré, qui part par la voie actuellement libre – Dormans-Paris – par le petit train, puis de là, Lyon-Thonon. Mon Dieu… vous savez ma prière pour ceux de là-bas… d’Abondance. Ecoutez la leur pleine d’affection.

8 heures ; Ce n’est pas 2 ou 3 bombes, mais 12 à 15, au bas mot, qui ont sifflé sur la ville cette nuit. L’Eclaireur d’aujourd’hui mentionne les projectiles d’hier, mais la censure a empêché de mettre le nom des rues. Il y a bien des victimes encore.

3 heures ; Depuis 2 heures, le quartier subit un bombardement analogue à celui des mauvais jours. Sorti de chez moi et adossé à la maison Simon avec des gens du quartier, je les entends tomber autour de nous. Chaque fois, des éclats pleuvent alentour. Que visent-ils? La caserne ne Colbert? Les convois supposés sur le boulevard?

Pendant la fin de ma messe ce matin, j’ai entendu un éclatement ; un éclat est entré dans la chapelle par le toit. Personne n’a été blessé. Et j’ai appris ce matin encore quels dégâts les projectiles avaient faits hier… Misère !

Le peuple est las. On n’a pas travaillé la grandeur d’âme non plus que les raisons solides du courage et de la constance toutes ces années… le peuple, qui n’a pas eu la mesure, pendant la présence de l’envahisseur dans nos murailles, qui a tellement manqué de dignité, ne saurait en avoir bien longtemps dans l’épreuve.

9  heures 1/2 soir ; Quelques bombes arrivent encore. Je couche sur un matelas salle-à-manger, en attendant la suite. Je crois agir plus prudemment. Puis, par besoin de dormir.

Extrait des notes de guerre de l'abbé Rémi Thinot. [1874-1915] tapuscrit de 194 pages prêté à ReimsAvant en 2017 pour numérisation et diffusion par Gilles Carré.

André Guédet

Mardi 6 octobre 1914

25ème et 23ème jours de bataille et de bombardement

2h matin  A minuit tapant un coup formidable me réveille en sursaut. C’est un obus qui est venu éclater près de chez mon beau-frère ou chez lui-même. Adèle toute effarée vient me trouver, elle s’habille en claquant des dents, puis je la fais descendre à la cave. J’ouvre mes fenêtres pour voir où elle a éclatée. Quand Auguste et sa femme et une autre qui est avec eux me demandent de venir se réfugier chez moi, je vais leur ouvrir et la mère Auguste, toujours aussi bête, crie à 2 personnes, un homme et une femme qui tient un roquet dans ses bras !! que je ne connais nullement et qui sont déjà réfugiés chez M. Lefèvre, près de l’Indépendant Rémois, de venir chez moi !! Elle nous ramènerait l’Arche de Noé  si on l’écoutait. Je subis cette augmentation de population, à la guerre comme à la guerre, mais le cher Auguste cette vieille peau ne l’emportera pas au Paradis !!

Nous descendons donc à la cave et y restons jusqu’à 2h. A 1h50, n’y tenant plus, je remonte me coucher dans mon lit. Quelques minutes après toute la bande s’en va retrouver ses pénates, Adèle me dit en passant remonter dans sa chambre. Il est tombé au moins 10 obus dans le quartier. Maintenant si non seulement ils nous arrosent le jour mais encore la nuit, ce sera à devenir fou !! Mon Dieu, quand cela sera-t-il fini !! Mais c’est honteux que le Haut Commandement laisse saccager ainsi notre Ville de gaité de cœur : on peut le dire !!

10h matin  Réveillé vers 6h1 /2 du matin, on n’entend plus d’obus, si, un par hasard. Mais je suis rompu, désemparé, découragé de cette nuit. Nous voilà revenus à nos plus mauvais jours ! Mon Dieu !! Quand cela sera-t-il fini ? Et notre artillerie qui ne bouge pas, qui ne répond même pas. Elle ne s’emploie nullement à détruire la pièce qui nous fait tant de mal. C’est inouï !! Oui, nous sommes bien sacrifiés ! C’est une honte ! C’est un assassinat perpétré froidement !! C’est indigne !!

La bombe qui nous a fait tant peur est tombée chez Madame Collet-Lefort, 52, rue de Talleyrand. Dans son jardin, heureusement. Dégâts importants ainsi que chez le P. Colanéri, relatifs chez mon Beau-frère, des carreaux de cassés !! Pas d’accidents de personnes !

9h1/2  Voilà un obus qui éclate assez près, nous descendons à la cave…  mais rien ! Nous remontons ! Ces allemands ont du sang de bourreaux charriés dans les veines, ainsi maintenant ils envoient un obus de temps à autre pour nous tenir…  en haleine et nous faire sentir leur étreinte ! Sauvages !!

Voilà les petits marchands de la rue qui reprennent leurs tournées et leurs cris habituels. Il en est ainsi chaque fois qu’on bombarde. Tout le monde se sauve au premier sifflement et va se terrer. Les rues se vident en un clin d’œil !! Puis la rafale passée, 1/2 heure à 3/4 d’heure après les rues reprennent leurs physionomies accoutumées ! Mais quelle vie ! Quelles tortures ! Quel martyre ! et nous pauvres innocents impuissants nous attendons le coup de la Mort qui peut nous arriver à chaque instant !! Nos Généraux, en nous laissant ainsi sous le feu de l’Ennemi et n’envisageant pas de le refouler un peu de quelques centaines de mètres environ afin que nous ne recevions plus d’obus. Je ne le répéterai jamais assez. C’est indigne. (La fin du paragraphe a été rayée).

Mousselet, le caissier de ce pauvre ami Jolivet vient de me confier un paquet de vieux papiers et d’objets qui se trouvaient dans le coffre-fort de sa caisse. Les charpentiers doivent venir ce matin faire le nécessaire pour retirer les 3 autres coffres-forts qui se trouvent fixés, ou restés accrochés aux murs du premier étage, dans le cabinet de Jolivet, la chambre à coucher et dans une autre pièce en sorte qu’il y avait 4 coffres-forts et non trois comme on me l’avait dit auparavant, et comme du reste je l’avais constaté moi-même. On verra ! De plus celui-ci vient de me déclarer qu’il allait quitter Reims parce que sa femme (?!) avait trop peur !!

Bon voyage ! J’ai donné l’ordre qu’on dépose ces coffres-forts à la Chambre des Notaires et sur lesquels j’apposerai des scellés.

1h1/2  Un rossignol des murailles est venu pendant que je déjeunais gazouiller dans le jardin ! Que c’était bon ! Que c’était reposant après la nuit passée !! Pauvre petit, est-ce que lui venait nous dire que c’était fini, et que nous n’entendrions plus les obus siffler, ronfler, éclater !!??

Je le souhaite, je le désire ! Car on n’en peut plus ! je vois M. Ravaud qui m’annonce la fuite éperdue de cette pauvre Mme Collet ma voisine qui a reçu un obus dans son jardin ! Je la comprends à son âge ! Nous nous sommes entendus, nous avons causé et pris les mesures nécessaires pour ne pas laisser cette pauvre dame sans ressource… ! Nous ferons pour le mieux : c’est un acte d’Humanité, de Charité à faire. Elle est partie avec le Docteur Colanéri pour Paris. Dieu la protège, la guide et la soutienne !! Pauvre Dame !!

En ce moment nous sommes au calme ! Mais ?? Enfin je vais tâcher d’aller à la Chambre de Notaires pour Jolivet et apposer les scellés sur ses coffres s’il y a lieu, car les ouvriers charpentiers sont-ils venus ce matin faire leur travail de décèlement ?

5h09 soir  Il me semble avoir vu passer devant mes fenêtres à l’instant l’ancien gardien de Hanrot qui a été arrêté ces jours-ci comme espion. Il venait de la rue Noël et est allé jusqu’au coin des Lapchin (Chapellerie Lapchin, à l’angle de la rue de Talleyrand et de la rue du Cadran Saint-Pierre), il a regardé et ensuite il est revenu sur ses pas et tourné le coin de la rue Noël et vers les Promenades !!

Mon Dieu ! pourvu qu’il ne nous fasse pas bombarder cette nuit !! J’en tremble d’avance, que Dieu nous protège !! Faites que je me trompe !!

La demi-page suivante a été coupée aux ciseaux.

…toute chaude bien préparée. Un taudis sera toujours assez bon pour Elle et ses enfants !! mais moi, mon petit moi ! Je m’installe… !!! Misérable !!…  Enfin nous verrons le règlement des comptes !!…  si j’en reviens !

8h1/2  Calme absolu ! Gare à la sarabande la nuit comme hier à minuit !! Dieu nous…  préserve !! Car je ne pourrai y résister !! J’écrirai demain à ma chère femme et lui joindrai les lettres de Julia !

Tâchons de dormir et espérons que nous n’aurons pas les alertes, les terreurs de la nuit dernière !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

6 octobre – Au cours de la nuit dernière, le bombardement a continué et ce matin, vers 7 h 1/2, nous entendions soudain, de la maison de mon beau-père, rue du Jard 57, où nous visons en réfugiés, l’explosion formidable d’un obus tombé à courte distance, dans la direction de la cathédrale.

Peut de temps après, nous apprenions que ce projectile, annoncé par son sifflement comme un gros calibre, était arrivé sur la maison habitée par M. H. Jadart, rue du Couchant 15. L’immeuble en pierres de taille a été complètement saccagé jusqu’au Rez-de-chaussée. Un bloc de maçonnerie violemment lancé, à la suite de la déflagration, est venu crever le toit de la chapelle de Saint-Vincent-de-Paul, située 15, rue Brûlée et après en avoir troué le plafond, est tombé pieds de notre fillette Madeleine, qui se trouvait à la messe en cet endroit. Elle en a heureusement été quitte avec la frayeur ; seul un ricochet de brique chaude l’a atteinte à la joue droite, lui causant une petite brûlure superficielle, mais son retour à la maison, avec un pansement sommaire, alors que l’on commençait à avoir quelques craintes, nous mit dans un réel émoi ; son grand-père en resta longtemps impressionné.

Henri Jadart - Source : L'Union

Henri Jadart – Source : L’Union

Monsieur Henri Jadart, conservateur de la bibliothèque, décidé à quitter Reims pour se rendre à Paris, venait, paraît-il, de sortir de sa maison, en compagnie de Mme Jadart, une demi-heure avant l’arrivée de l’obus, pour aller prendre le CBR pouvant, depuis hier seulement, reprendre un service provisoire sur Dormans.

Connu pour son érudition profonde, M. Jadart aimait documenter ses concitoyens. Le Courrier de la Champagne du 2 octobre 1914, avait donné de lui un long article intitulé : « Les bombardements de Reims« , dans lequel il s’étendait sur le bombardement subi par notre ville le 19 mars 1814, lors de sa reprise par les Alliés, pendant la campagne de France.

Pour ma part, j’avais lu avec curiosité ce récit ; il m’avait intéressé d’autant plus qu’étant tout jeune, j’ai eu souvent l’occasion de voir plusieurs de boulets incrustés, ainsi que le précisait M. Jadart, au sommet des pignons ou dans les murs de quelques maisons – l’un fixé en haut d’un immeuble qui existait à l’angle gauche de la rue des Fusiliers et de la place du parvis et d’autres, à moitié entrés dans les murs des maisons sises rue de Vesle n° 163 et 183 ; on avait eu soin d’inscrire, sur des petits panneaux de bois, la date de leur arrivée à ces différente places – et M. Jadart écrivait, pour finir sa relation : Mais, nous devons dire, en terminant , que le bombardement d’alors fut un jeu d’enfants en comparaison de ceux qui viennent cette fois d’ébranler nos monuments, de saccager nos rues et nos maisons et surtout de tuer de de blesser tant de nos concitoyens. L’histoire lamentable de ces faits actuels sera écrite un jour, avec le développement nécessaire, pour en conserver la mémoire à nos descendants.

Il faut convenir que le progrès (!) dont on nous a vanté beaucoup les beautés, depuis une trentaine d’années, a fait aussi un grand pas dans ses applications aux engins meurtriers ou de destruction, qui ne se contentent plus de se placer dans les murs en moellons de craie, à la manière des boulets russes d’il y a un siècle. C’est l’évidence même, et à Reims surtout, nous devons le reconnaître…

Actuellement, lorsqu’un 210 tombe sur une maison, l’explosion de cet engin, pesant une centaine de kilos et envoyé d’une distance de 13 à 14 kilomètres, disloque et détruit tout plus ou moins scientifiquement, comme le cas s’est malheureusement produit chez M. Jadart, où l’on peut voir, dans les quatre murs aux pierres disjointes mais restés tout de même debout, l’enchevêtrement et le mélange indescriptibles de ce qui a été brisé sur place et n’a pas été projeté au dehors, c’est-à-dire, parties de toiture, mobilier, cloisons, planchers de tous les étages, etc.

Il est heureux pour M. et Mme Jadart qu’ils aient quitté leur maison ce matin, à 7 h. Ils sont été bien inspirés en prenant leur décision et ont lieu de s’en féliciter.

Le Courrier publie aujourd’hui un long récit de « l’incendie de Bouilly », les 11 et 12 septembre, par M. Demoulin, maire de la commune.

– Nous lisons encore ceci, dans le même journal d’aujourd’hui :

Et la Légion d’Honneur pour Reims ? Près de 600 Rémois tués.

Dernièrement, nous demandions aux représentants locaux du pouvoir central de solliciter du Gouvernement de la République, la croix de la Légion d’Honneur pour Reims.
Nous ignorons si la démarche a été faite et dans l’affirmative quelle réponse a été donnée.
A ce momnet-là pourtant, Reims avait déjà bien mérité de la Patrie !
Mais aujourd’hui, alors que près de six cents Rémois ont été tués au cours des divers bombardements, auxquels il faut ajouter de très nombreux blessés, nous insistons pour que notre courageuse population reçoive cette récompense, que Liège a obtenu pour des mérites moins évidents.

(Elle ne sera accordée que le 4 juillet 1919 : note VV)

La question ne passionne pas l’opinion. Certains verraient là une consolation ; d’autres trouvent que ce serait une mince satisfaction. Cet article est à peine commencé, car si on est blasé à Reims, sur les émotions, on paraît l’être encore davantage sur ce genre de manifestation. Les dures épreuves subies ont généralement émoussé la sensibilité de ceux qui courent les mêmes risques que les malheureux dont il et fait été pour demander une récompense. La population demeurée en ville n’en reconnaîtrait pas l’importance, qui serait probablement mieux appréciée des Rémois habitant actuellement au dehors.

– Nous apprenons, ce jour, que le bombardement d’hier a fait, avec d’autres victimes, un terrible massacre dans la famille Barré, demeurant rue de Cernay 291, dont cinq personnes ont été tuées :

  • le père, Louis Alfred Barré, 41 ans
  • la mère, Mme Barré-Labouret, 31 ans
  • Gabriel Étienne Barré, 14 ans
  • Suzanne Barré, 7 ans
  • Émilienne Barré, 4 ans

et trois autres enfants de la même famille auraient été blessés grièvement.

– Dans L’Eclaireur de l’Est d’hier, on pouvait lire ces communications, à côté de renseignements donnés sur la correspondance, à Dormans, des trains de la Compagnie de l’Est avec le CBR, qui a rétabli son service depuis le 5 courant :

Il est interdit de s’approcher des batteries. Le maire de Reims rappelle aux civils qu’il est absolument interdit de s’approcher des formations militaires et des batteries.
Ceux qui contreviendront à cet ordre seront immédiatement arrêtés et passibles des rigueurs militaires.

puis, l’arrêté ci-après, reproduit textuellement :

A Bétheny.
L’arrêté suivant a été pris par M. Marcelet, conseiller municipal délégué, en vue de prévenir toutes tentative de pillage :
Vu l’état de défense prise par l’armée française sur la commune de Bétheny ;
Vu la prise pour son usage, par la troupe, de quantité de planches, portes, brouettes, outillage divers, mobiliers, matelas, pelles et objets les plus variés ;
Vu le pillage éhonté fait dans beaucoup de maisons ;
La municipalité prévient que personne ne doit s’approprier quoi que ce soit.
Un appel sera fait ultérieurement et un endroit désigné pour les déposer et être remis entre les mains de leurs propriétaires.
Si des écarts étaient reconnus, des perquisitions pourront être faites à domicile.
Toute personne qui sur la commune, s’approprierait un de ces objets n’étant pas sa propriété, sera remise entre les mains de l’autorité militaire.
Bétheny, le 3 octobre 2014
Le conseiller municipal délégué : A. Marcelet.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Bombardements dès 7 heures. Bombes tous les quarts d’heure, dit-on, pendant la nuit (5-6). Bombes fréquentes toute la journée. C’est peut-être bien alors qu’on a descendu mon lit de ma chambre dans mon bureau (angle ouest) de 7 h 1/2 à 8 h du soir.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims

Gaston Dorigny

A 6 heures du matin nous allons faire un tour chez nous et portons à manger au chien de Thierry. A 7 heures un obus siffle au-dessus de nous,

Nous nous dépêchons de rentrer chez mon père.

La situation n’est plus tenable à Reims où on bombarde maintenant nuit et jour. Nous sommes décidés à quitter Reims. Nous allons à l’hôtel de Ville chercher des laissez passer que nous faisons viser par l’autorité militaire et décidons de partir pour Paris dès le lendemain matin.

A 3 heures de l’après midi je vais à la S.G. (1) chercher du courrier pour porter au siège(2). Arrivé dans la rue de la clef (3), un obus passe sur ma tête et va atteindre la gare. La journée se passe sous une pluie d’obus dont plusieurs tombent encore sur le 4em canton. Une femme est touchée dans la rue des Romains Jamais donc cela ne finira.

Gaston Dorigny
  1. S.G. Il s’agit de la Société générale. En effet, après avoir été buraliste aux 6 cadrans mon grand père a fait le reste de sa carrière dans la profession bancaire (Comme moi, son petit-fils Claude). (Claude Balais)
  2. Il faut comprendre qu’il s’agit du siège social de la Société générale à Paris. A l’époque le personnel de confiance savait aussi se transformer en messager, Les convoyeurs professionnels n’existaient pas et… c’était la guerre !
  3. La rue de la clé était à l’emplacement du cours Langlet, côté Palais de Justice

Paul Dupuy

6-10 Arrivée de Mélanie qui vient à l’approvisionnement en même temps que pour se faire enlever deux dents.

Elle tombe mal, car il lui faut presque aussitôt user avec nous de l’abri habituel contre les bombes qui pleuvent encore ; de plus, il lui faut, le lendemain, repartir sans qu’aucun soulagement ait été apporté à son mal, n’ayant trouvé aucun dentiste chez lui.

Paul Dupuy Document familial issu de la famille Dupuis-Pérardel-Lescaillon. Marie-Thérèse Pérardel, femme d'André Pérardel, est la fille de Paul Dupuis. Ce témoignage concerne la période du 1er septembre au 21 novembre 1914.

Juliette Breyer

Mardi 6 Octobre 1914.

Toujours pas de lettre. C’est vrai que la Poste ne travaille pas beaucoup, tout au plus 4 heures par jour. Nous y étions encore allées avec Charlotte. En tournant le coin rue Libergier, un sifflement : en voici une boche qui arrive. Tout le monde s’appuie sur le mur, mais à quoi bon, il y a autant de danger ; et aussitôt pan ! La voilà qui tombe place du Parvis, une deuxième au Théâtre. C’est là qu’ont été tués le fils Gaston Hulo et plusieurs soldats.

Toujours pas de lettre. Ton père en a eu une de Gaston qui est à Dunkerque. Ma pauvre chipette, je m’ennuie. Où es-tu ? Enfin demain je serai peut-être plus heureuse.

Nous repartons, les obus sifflent toujours. Ton papa nous accompagne moitié chemin et nous rentrons sans accident.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne

Mardi 6 octobre

La bataille bat son plein à l’aile gauche, au nord de l’Oise. Nous avons dû, sur plusieurs points céder du terrain. Nous avons repoussé des attaques dans l’Argonne.
Les détails qui parviennent sur la défaite allemande dans la Russie occidentale sont extrêmement importants. I1s attestent que les quatre corps d’armée du kaiser ont du faire une retraite très précipitée.
Le tsar est arrivé sur le front pour prendre le commandement général de ses forces, tandis que Guillaume II se rendait à Thorn. Mais c’est en Silésie prussienne, à proximité de Cracovie, que selon toute apparence se déploieront las grandes opérations.
Des engagements se sont produits à Kiao-Tcheou entre Allemands et japonais.
La situation à Anvers est qualifiée de stationnaire.

Share Button