• Archives: Rue Bonhomme

Vendredi 27 octobre 1916

Paul Hess 27 octobre 1916 – A 7 h 1/4, de nombreux sifflements se font subitement entendre pendant quelques instants ; les obus arrivent sur la ville par rafales. Nos pièces ouvrent alors le feu et ne tardent pas à faire cesser le tir ennemi. Vers 8 heures, en me rendant au bureau par le …Voir +

Lundi 7 juin 1915

Paul Hess Comme site, très probablement, aux explications provoquées à la séance du conseil municipal du 4 courant, par une question posée par M. Jallade, concernant le ravitaillement de la population civile, Le Courrier de la Champagne a inséré, aujourd’hui, la communication suivante : Le prix de la vie. La mairie de Reims nous communique …Voir +

Vendredi 30 avril 1915

Paul Hess Bombardement vers 7 heures, sur le faubourg Cérès. A 16 h, les obus recommencent à arriver et tombent, cette fois, sur le centre. En quittant le bureau à 18 h, je passe donc par la rue Bonhomme, voir s’il n’y aurait pas encore du nouveau par là, avant de me diriger chez ma …Voir +

Mercredi 28 avril 1915

Dans la matinée, bombardement du côté de l’hôtel de ville ; on signale des blessés à la maison Mauroy, rue de Mars. – A 17 heures, les obus recommencent à siffler ; ce sont encore des incendiaires. Les explosions continuent à se faire entendre jusqu’au moment où je regagne la rue Bonhomme, vers 20 h. …Voir +

Samedi 24 avril 1915

Hier, journée calme, mais à 9 heures, ce matin, un bombardement assez violent se déclenche vers l’hôtel de ville, qui n’es pas touché. Le travail, interrompu au bureau, peut être repris à 10 heures. – Dans le courant de l’après-midi, notre voisine de la rue Bonhomme, 10, Mme Bauchart, blessée le 6 mars par l’explosion …Voir +

Jeudi 15 avril 1915

Paul Hess Hier, le bombardement a repris. Aujourd’hui, vers 7 heures, l’auto-mitrailleuse qui circule en ville tiraille ainsi que souvent le matin, sur un aéro. Celui-ci laisse tomber trois bombes que j’entends descendre et faire explosion. Il paraît que la première a causé des dégâts rue Warnier, la seconde, rue Andrieux et la troisième, rue …Voir +

Jeudi 8 avril 1915

Au bureau, quand j’arrive, les camarades parlent entre eux de cette séance des plus bruyantes, de cette démonstration de notre artillerie véritablement extraordinaire et, comme je ne saisis pas de quoi il s’agit, Cullier me demande en riant : « Vous avez bien dormi ? » Ma réponse est toute naturelle : « Oh ! …Voir +

Mercredi 24 mars 1915

Nous avons encore été bombardés dans la matinée hier, simple canonnade. – Après avoir obtenu, à la mairie, la permission de me rendre, pour la première fois, dans ma famille à Épernay, j’avais eu d’idée, en vue d’éviter la perte d’une journée pour le voyage (1), non pas de solliciter le laissez-passer exigé, mais de …Voir +

Samedi 6 mars 1915

Bombardement. À 10 heures, j’entends dire, à l’hôtel de ville, qu’un obus vient d’éclater rue Bonhomme ; il y aurait eu des blessés. Je m’y rends aussitôt et trouve la rue obstruée en son milieu, par des matériaux, des débris de bois et de zinc provenant de la maison n°6, qui a été touchée parle …Voir +

Mardi 23 février 1915

Sitôt levé, j’inspecte les décombres de la cour, rue Bonhomme, parmi lesquels je retrouve les quatre parties dispersées d’un petit fourneau à alcool, déjà remonté de ma cave effondrée rue de la Grue 7, après les incendies du 19 septembre 1914. Quoique sérieusement endommagés, ces débris assemblés reconstituent complètement l’ustensile, qui pourra resservir à faire …Voir +

Dimanche 21 février 1915

Paul Hess La nuit a été calme. En me rendant, ainsi que chaque semaine, place Amélie-Doublié, chez mon beau-frère Montier, je puis examiner en passant, un obus de 150 se trouvant à l’entrée gauche de la rue Lesage. Cet engin, entouré d’une petite barrière protectrice a roulé là, contre le trottoir, le vendredi 19 dans …Voir +

Vendredi 29 janvier 1915

rue Thiers

Dans la soirée d’hier et au cours de la nuit, des détonations terribles de nos pièces d’artillerie de gros calibre, qui faisaient vibrer toutes les vitres et même trembler la maison où je suis réfugié, 8 rue Bonhomme, se sont fait entendre. – Vers 15 heures, alors que nous sommes en plein travail, au bureau …Voir +

Jeudi 7 janvier 1915

7 janvier – Hier et avant-hier, après les nuits calmes, les obus ont continué à tomber. Aujourd’hui, le bombardement est sérieux toute la matinée. – Vers 13 heures 45, un appariteur suppléant de la mairie, M. Launois, que j’avais vu à son poste ce matin, est tué rue de Cernay par un obus, en revenant reprendre …Voir +

Vendredi 1er janvier 1915

Les événements de la guerre ont amené une véritable perturbation dans les services de l’hôtel de ville. Il en est qui se sont trouvés désorganisés entièrement ; d’autres qui n’ont pu continuer à marcher qu’avec l’aide d’auxiliaires. Enfin, des bureaux provisoires nouveaux ont dû être installés et mis à même de fonctionner, pour les allocations, …Voir +