• Archives: Brasserie Veith

Jeudi 29 mars 1917

Clinique Mencière

Lois Guédet Jeudi 29 mars 1917 929ème et 927ème jours de bataille et de bombardement 8h1/2 soir  Temps glacial, pluie, ondées, on souffre du froid humide après le froid sec. Lequel des deux le meilleur ? ni l’un ni l’autre ! Je travaille, j’écris, je déblaie fiévreusement toute la matinée. Y arriverai-je ? J’en ai des moments de …Voir +

Dimanche 28 janvier 1917

Louis Guédet Dimanche 28 janvier 1917 869ème et 867ème jours de bataille et de bombardement 6h1/2 soir  Toujours grand froid, la bise glaciale qui avait soufflée une partie de la nuit en tempête s’était un peu apaisée le matin, mais elle a repris l’après-midi et était réellement « coupante ». Pas très entrain ce matin, avec la …Voir +

Samedi 27 janvier 1917

Cardinal Luçon Samedi 27 – Nuit tranquille en ville, sauf gros coups de canon ou bombes de temps à autre, mais entre batteries. Mitraillades de temps en temps. – 7°. Beau temps, vent ; neige persistante. Dans la matinée, duel d’artillerie, gros canons français. De 1 h. à 3 h., bombardements sur batteries et parties …Voir +

Jeudi 13 avril 1916

Louis Guédet Jeudi 13 avril 1916 579ème et 577ème jours de bataille et de bombardement 10h matin  Nuit tranquille, vent de tempête, pluie battante et froide. Reçu la visite d’un fils de M. Paul Henriot, sous-lieutenant au 82ème d’artillerie lourde, 3ème groupe, en ce moment cantonné ici chez Mme Pierre de la Morinerie, rue Werlé …Voir +

Jeudi 16 mars 1916

Cardinal Luçon Jeudi 16 – Nuit tranquille sur la ville, sauf quelques bordées de torpilles ou grenades. Comme les autres nuits. A 5 h. grosses bombes sifflantes qui ont dû tomber pas loin de nous. Brasserie Veith. Température + 4. J’apprends qu’un vieillard des Petites Sœurs a été blessé ; il a fallu lui couper …Voir +

Samedi 12 février 1916

Louis Guédet Samedi 12 février 1916 518ème et 516ème jours de bataille et de bombardement 8h soir  Rentré à 9h assez fatigué de mon voyage que je reprendrai dans ces notes quand j’aurai un peu déblayé le fatras de lettres accumulées sur mon bureau depuis mon départ. J’ai du travail, mais ce soir j’ai ouvert …Voir +

Mardi 7 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 7  SEPTEMBRE : Poirier court une aventure terrible en voulant faire un tour dans le vignoble. Engagé dans des troupes, il est arrêté à Louvois, séparé de sa voiture et de son chauffeur et durement traité, à Fontaine, un officier supérieur le déclare en règle et le laisse partir. Épernay est intacte, mais remplie …Voir +