All posts by Laurent Antoine

Correspondance 14-18 – Nous sommes toujours sur le qui-vive…

9 juillet 1916 Cher Cousin, Je profite ce soir de quelques instants de tranquillité pour vous donner un peu quelques nouvelles fraîches de nos tranchées. Tout d’abord, mon cher Anatole, je m’empresse de bien vous remercier de l’excellent pâté que vous avez offert à Jeanne pour votre serviteur qui s’est fait un bien grand plaisir… Lire la suite

Reims 14-18 – J’ai brûlé mon tricot…

Le 25 mai 1916 Ma Chérie Pas grand chose à te dire depuis ma dernière lettre. Je suis toujours en bonne santé, sauf un peu enrhumé car nous avons quelques journées froides avec la pluie. Heureusement que nous sommes à la belle saison, car l’autre jour, lorsque j’avais changé de position, j’ai brûlé mon tricot… Lire la suite

14-18 – Lettre du Curé Louis

Poursuivons nos lectures des correspondances. Cette fois, c’est un curé qui donne de ses nouvelles. Pas de faits de guerre, en revanche, cet homme d’église participe activement à améliorer le moral des troupes en s’occupant de leur foi. Le temps est beau ces jours-ci. Le froid n’a pas encore fait son apparition. Chaque dimanche, je… Lire la suite

Reims 14-18 – Ces petits souvenirs…

Le Dimanche 13 février 1916 Ma bien chère Jeannette, bien chère Maman. Aujourd’hui, pas de lettre de ma petite femme chérie; mais en revanche une mignonne carte accompagnée d’une charmante lettre de Germaine. Je t’envoie ci-joint les deux; mais il ne faudrait pas que Germaine se formalise, la pauvre enfant, si je te renvoie la… Lire la suite

Les masques contre les gaz asphyxiants…

Reims le 16 janvier 1916 Mon cher André Je suis heureux de savoir que tu as pu aller passer quelques jours de permission près de Maman et des Sœurs, et de vous savoir tous en bonne santé. Ici, la situation est toujours sans changement, l’on vient de nous distribuer les masques contre les gaz asphyxiants… Lire la suite

Reims 14-18… nous buvons une coupe de champagne à ta santé

18 décembre 1915 Mon cher camarade, tu excuseras mon retard pour te faire réponse. Depuis ton départ, nous n’avons pas eu une minute à nous. Le bataillon, à sa sortie des tranchées était éparpillé un peu partout. Un compagnie à Montchenot, deux à Verzenay, une à Rilly. Moi et François avons passé 3 jours de… Lire la suite

Reims 14-18 – Ton grand soldat…

Reims 14-18 – Ton grand soldat…. 1915 (sans date précise). Bon baiser de ton grand soldat toujours en bonne santé. Signature illisible. Cette fois-ci, on a affaire à un courrier très court. En fait, il y a même plus à lire sur la légende de la carte que sur le message au verso ! A… Lire la suite

Vendredi 26 novembre 1915

La cathédrale vue du quartier des laines

Ma chère Isabelle, nous voilà dans les baraquements en planches où le froid ne s’y fait pas trop sentir malgré sa vivacité au dehors. La santé est toujours excellente. Reçu une lettre de cousine Jeanne où elle me dit qu’elle t’a écrit. Je rentre, la neige tombe. Recevez tous mes meilleures caresses avec deux toutes… Lire la suite

Correspondance 14-18 – A Verzy, il y a eu du gaz asphyxiant qui a remonté des tranchées

Le 21 octobre 1915 Ma chère Henriette, je t’envoie une collection de la Bonne Presse, je pense que cela te fera plaisir. Je te dirais que la mère de Paul va bien doucement. Je suis encore à Bouzy jusqu’à jeudi prochain. A Verzy, il y a eu du gaz asphyxiant qui a remonté des tranchées,… Lire la suite

Correspondance 14-18 – La Cathédrale à 17h25…

Maintenant, je vais mieux mais je souffre toujours beaucoup de l’estomac. Vois-tu, ce qui nous faudrait, c’est la fin de la guerre, enfin, il faut espérer que nous en approchons, car je t’assure qu’il me tarde de te revoir ainsi que toute la famille. Prenons patience, ce grand jour, espérons-le, sera vite-là. Embrasse, chère Maman,… Lire la suite

Correspondance 14-18 – De Vareilles à Loyasse, en passant par Somepy et Lyon St-Irénée…

Vendredi 1er octobre 1915 Chers parents Je suis arrivé à bon port à 11h à Lyon, je suis allé me présenter à St Irénée et j’y suis resté. Ils m’ont versé à la 2e Compagnie au Fort de Loyasse. Demain, je vais passer la visite et je compte bien être inapte 4 mois ou deux.… Lire la suite

Nous sommes en première ligne, depuis mardi matin, pour 21 jours

Le 10 septembre 1915 Mon cher maître, merci beaucoup de votre carte et aussi ces bonnes et douces paroles que vous m’adressez. Vous m’excuserez si j’ai tardé à faire réponse, il y a un mois nous étions, c’est-à-dire la compagnie, en réserve du bataillon car le régiment prend les tranchées par bataillon. Nous sommes en… Lire la suite