Louis Guédet

Vendredi 8 novembre 1918

1519ème et 1517ème jours

8h matin  Temps gris, pas de pluie, mais doux. Madeleine est partie ce matin à 5h1/2 pour aller à Châlons au-devant de Marie-Louise. Le domestique Bouillot en rentrant la conduira à la gare de Vitry-la-Ville lui annonce qu’on leur a affirmé que l’armistice était signé avec l’Allemagne, qu’on avait appris cette nouvelle hier à 3h de l’après-midi à Châlons. Cela demande confirmation ! Et puis que m’importe, cela ne réparera pas nos ruines !! Aux autres la Joie, la Chance, la Prospérité !! A moi et aux miens le Malheur ! la Misère !!

6h soir  Marie-Louise est rentrée, elle parait bien remise. Les plénipotentiaires allemands sont dans nos lignes, ils joignent les pouces ! Irons-nous chez eux ? Il le faudrait cependant !

Je suis fatigué…  débordé !…

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Vendredi 8 – Visite du Père Christ. M. Camu part pour Reims. Visite du Capitaine Linzeier. Visite à M. Abele, à M. Couvreur. Annonce de la prise et délivrance de Sedan(1) par les Américains. Rencontre M. Baudet-Dupuis : on répare la Maison de Mme Pommery.

(1) Ce sont les divisions américaines intégrées dans la IVe Armée Gouraud et celles du 1er Corps d’Armée US (Ligget) de la 1er Armée US (Pershing) qui libèrent conjointement Sedan
Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Vendredi 8 novembre

Une délégation allemande chargée de conclure l’armistice est arrivée sur le territoire français.
Nos troupes poursuivent l’ennemi sur un large front, entre la Sambre et la Meuse. Elles ont réalisé une avance qui chiffre parfois par dix kilomètres et libéré de nombreuses localités, avec leur population civile. L’ennemi a abandonné des canons et des prisonniers.
A l’est de la Sambre, nous atteignons les lisières des forêts de Nouvion et de Regnaval. Nous avons pris Fontaine-les-Vervin et Vervins. Au delà de la Serre, Hary et la Corière; plus à l’est, Montcornet, le Hocquet, Renneval, Doligny, Rozoy-sur-Serre. Au nord de l’Aisne, nous avons dépassé de douze kilomètres Château-Porcien. Rethel est tombée en notre pouvoir, ainsi que Dyonne, à 8 kilomètres au nord.
Les Anglais ont pris Cartignies et Marbaix, traversé la Sambre près de Berlaimont, occupé Aulnoye et son réseau de voies ferrées. Plus au nord, ils ont atteint et franchi la route d’Avesnes à Bavai. De vifs combats sont en cours dans cette région.
Les Canadiens, sur la gauche, ont pris Baisieux et Quiévrechain, à l’est de l’Escaut.
Les Américains ont progressé entre la Bar et la Meuse. Ils ont atteint les abords ouest de Mouzon et ont pris l’importante position de Raucourt.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button