Louis Guédet

Samedi 14 septembre 1918                                                      

1464ème et 1462ème jours de bataille et de bombardement

10h matin  Temps splendide, chaud dès le matin. Vu le Capitaine Béguin, qui est nommé commandant du bataillon que nous cantonnons. Il vient du 154e à fourragère jaune. Il a vu tomber Jean Moreau l’ami et le camarade de classe de Robert. Il est tombé devant le bois de Loches, tué d’une balle en plein cœur. Un autre camarade de Robert du même régiment, Giraudot, n’a été que blessé. Ce capitaine/commandant est fort simple, plutôt un peu commun.

Ce capitaine est un abbé que la Guerre a pris et qui a fait son chemin. Il était professeur au collège de Jésuites d’Evreux. Il nous citait tout à l’heure que lors de l’attaque des bois de Loches on donnait l’ordre à un sergent allemand de porter ou faire porter à ses hommes des blessés. Le Boche de répondre : « Non ! on ne doit nous faire travailler qu’à 30 kilomètres du quartier ! »

Le Major, outré, lui flanqua un coup de canne en travers de la figure, aussitôt le Boche de s’empresser d’exécuter l’ordre donné. Cela dépeint bien la mentalité de ces brutes-là !

St Mihiel délivré et cette poche résorbée !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Samedi 14 – Offensive de… sur front Jonchery-Romain-Breuil. Reçu réponse du Secrétaire de l’archevêché de Paris au sujet de la lettre adressée à lui pour la Duchesse de Rohan. Visite de Madame la Comtesse de Montebello, de Mareuil-sur-Ay, et de Mademoiselle de Chamussot, proposant la création d’un groupe ou comite pour recevoir des dons de la Croix- Rouge Française de Paris. Écrit à M. Whitney-Warren à New York pour les réfugiés rentrés.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 14 septembre

A l’ouest de Saint-Quentin, nos troupes ont progressé jusqu’à la route de Holnon a Savy, en liaison avec les troupes britanniques.
Les Anglais se sont avancés victorieusement dans le secteur d’Havrincourt. Ils ont pris Trescaut et leur ancienne ligne, qui se trouve à l’est et au nord de ce village.
A leur droite, les Néo-Zélandais ont progressé dans le bois de Gouzeaucourt, surmontant la résistance opiniâtre d’une division de chasseurs allemands. A Havrincourt, la 62e division du Yorkshire, qui avait déjà emporté ce village le 20 novembre 1917, a attaqué de nouveau sur le même terrain avec un égal succès.
D’autres troupes anglaises ont attaqué et franchi le canal du Nord, au nord d’Havrinourt. Après un combat violent, elles se sont emparées de ce village et d’une partie de la ligne Hindenburg, entre Havrincourt et le canal.
Les troupes du Lancashire, au nord de la route Bapaume-Cambrai, ont achevé la conquête de Moeuvres, après une lutte opiniâtre. Nos alliés ont fait un millier de prisonniers. Ils ont réalisé de nouveaux progrès dans la partie nord du front, au sud du canal de la Bassée et au nord-est d’Armentières.
L’armée américaine a attaqué dans la région de Saint-Mihiel et réalisé des progrès importants, appuyée par des unités françaises. Elle a avancé de 8 kilomètres sur certains points et fait 8000 prisonniers.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button